MENU

  • Gozde Turkkan, Yusuf Sevincli
  • Proposition III – Dissecting and Patching
  • Gozde Turkkan, Pay Here, 2010, photographie, 120x60 cm, ed. de 5

    Proposition III. Commissariat international – Dissecting and Patching

    Yusuf Sevincli & Gozde Turkkan – Commissaire d’exposition, Ali Taptik

    Inscrite dans la continuité du projet Borderline, l’année 2011, abordera les limites de la photographie dans sa manière d’exister en dehors des limites de nos conventions. Comment bouscule-t’elle encore notre manière de voir et d’envisager le monde ? Que signifie « état limite » en photographie ? Il s’agit de répondre à ces questions en abordant la photographie non pas que comme image, mais aussi comme pensée, attitude, méthodologie, objet et manière d’être au monde. Pour le PAC 2011 la galerie Vol de Nuits continue la réflexion portée sur la problématique Borderline et invite le photographe turc Ali Taptik comme commissaire d’exposition. Quel est le regard du photographe quant il s’agit d’exposer le travail des autres ? Quelle est la vision de la photographie contemporaine turque ? Comment la notion Borderline est-elle perçue ?

    Ali Taptik considère Gozde Turkkan et Yusuf Sevincli comme des figures prometteuses de la photographie contemporaine turque. Ils engagent une discussion sur les différentes méthodologies et manières d’utiliser la photographie : comment celle-ci stimule la pensée et l’esprit ainsi que la façon dont elle questionne l’identité «urbaine-contemporaine». Les deux photographes proposent des solutions très différentes au sujet de la connexion intuitif – analytique, et vice versa.

    Le travail de Gozde Turkkan est essentiellement dirigé vers la dissection de l’identité féminine. Au départ, il y a elle-même en tant que médecin légiste effectuant une autopsie. Son premier projet I was looking to see if you were looking at me to see me looking back to you est une narration de sa propre identité féminine et, en même temps un essai sur l’utilisation de l’autoportrait comme un acte autoérotique. Contrairement à l’approche analytique de Gozde Turkkan, Yusuf Sevincli est le «chien perdu» de Moriyama, un noctambule, un œil photographique aiguë interpellant le monde avec des images, simplement. L’illumination nue de l’image photographique lui suffit. Constamment en mouvement, constamment en train de photographier, il crée des histoires (narrations) aisément posées sur notre existence. Ses photographies n’ont pas « leur » ou une place, pas de sujet commun; elle peuvent être vues comme l’écho contemporain d’anciennes peintures murales, ainsi son travail doit être vu d’une perspective non-verbale.

    Yusuf Sevincli et Gozde Turkkan vivent et travaillent à Istanbul. Dissecting and patching est leur première exposition en commun.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page