MENU

  • Didier Gourvennec-Ogor, Françoise Donadieu, Françoise Sémiramoth, Jean-François Pascal, Lydie Marchi, Nathalie Heinich, Patricia Guanel
  • CONTEMPORAINES – Table-Ronde : « Le rôle et la place de la femme dans la création contemporaine »
  • Aux Grandes Tables de la Friche de la Belle de Mai samedi 17 mars de 17 à 19h dans le cadre de « Contemporaines », programmation mise en place avec La Collective (CONTEMPORAINES)

    “J’avais à peine 18 ou 19 ans quand j’ai découvert les Guerilla Girls*. Au-delà de la drôlerie de la mise en scène de leurs personnages de femmes artistes, je pris conscience que, si à l’Université ou au sein des Ecole des Beaux Arts, les femmes étaient nombreuses, il n’en était pas de même au sein du monde de l’art en tant qu’artistes ou professionnelles de l’art, au-delà de la posture traditionnelle du modèle … L’exposition “Elles@CentrePompidou” a fait, à mon sens, date en ce qu’elle a démontré l’importance de la création des artistes femmes. Toutefois, nous sommes en droit de nous demander “Et après ?”. La parité en tant que telle ne m’intéresse pas, voire m’exaspère. Et pourtant … Voilà ce dont cette table ronde traitera, ou pas !

    La parole sera donnée à

    Françoise Donadieu
    , écrivaine, membre du comité de rédaction de la revue des archers et de la revue Phoenix
    Sandrine Goldschmidt, organisatrice du Festival « Femmes en résistance »
    Didier Gourvennec-Ogor, directeur de la galerie Gourvennec-Ogor
    Patricia Guanel, danseuse contemporaine, Cie « le rêve de la soie »
    Nathalie Heinich, sociologue , directrice de recherche au CNRS et au Centre de recherche des arts et du langage
    Sonia Jossifort, Administratrice de – H/F Île-de-France,  association pour la parité dans les domaines de l’art et de la culture; Consultante en projets culturels liés au cinéma
    Lydie Marchi, directrice de SAFFIR, galerie nomade et co-fondatrice de La Ruche
    Jean-François Pascal, directeur de la galerie Paradis  Marseille & co-fondateur de La Ruche (Belle de Mai)
    Françoise Sémiramoth, plasticienne à l’origine du projet “Contemporaines”

    mais aussi au public par la mise en place d’un micro tournant.”

    Lydie Marchi, Directrice de SAFFIR, galerie nomade

    *Ornées de masque de gorille, de mains velues, ces artistes revendiquent une égalité de traitement des femmes et des personnes de couleur dans les arts. Les Guerilla Girls sont des féministes radicales. Anonymes, elles ont fondé ce mouvement en 1985 à New York. Elles adoptent des prénoms de femmes artistes mortes pour signer leurs actes militants.”
    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page
    Tags: