MENU

  • Javiera Tejerina-Risso
  • Le pli
  • Javiera Tejerina-Risso, Le pli n°2, 2012

    Projet développé avec le soutien de l’IMéRA (Institut d’Etudes Avancées de la Méditerranée) et l’IRPHE / CNRS.

    “La pantomime finale est ce qui garde sa distinction de n’importe quoi d’autre. Quand vous pensez à ce fait – d’imitation ou de réflexion et à la possibilité de perdre votre identité dans cette connexion – vous vous rendez compte que l’eau ne perd jamais son identité, elle est toujours elle-même.” Roni Horn

    “C’est l’histoire d’une combinaison de forces, d’énergies qui vont obliger l’eau à se plier, à se froncer. La vague nait alors. Elle devient. D’une masse informe, à cet instant précis elle devient elle même, cette vague là. Similaire à la précédente, pas complètement pareille à la suivante. C’est une lutte incessante entre l’atmosphère et l’océan. La limite insaisissable entre les  deux. Poreuse, vibrante, mutante, fragile.

    Les forces qui régissent l’océan sont parfois difficiles à étudier par le monde scientifique mais la surface de l’eau suscite un grand intérêt pour les recherches en mécaniques des fluides afin d’étudier d’une part les forces de l’eau et par analogie celles de l’air. Lors de ma résidence au laboratoire IRPHE (Institut de Recherches sur les Phénomènes Hors Equilibre), j’ai eu l’occasion de mener une recherche conjointe art et sciences.  Mener un tel projet signifie de trouver le point de convergence entre deux milieux différents qui partagent la même fascination à observer le monde et plus précisément une fascination par les flux. Patrice Le Gal, chercheur en mécaniques des fluides étudie, reproduit, analyse et crée des modèles relatifs aux phénomènes liés au flux, puis il diffuse son expertise parmi ses pairs. En tant qu’artiste, le flux est un matériau que je peux utiliser dans mes pièces vidéos ou installations grâce à ses caractéristiques physiques, sa plasticité mais aussi son évocation d’une réminiscence du temps qui passe : la mémoire. Je filme la mer et je manipule sa temporalité. Je joue de ses flux et reflux. L’eau est multiple par essence, symbole d’impermanence, c’est à la fois éternel et en constant changement. C’est ce paradoxe qui m’interpelle.

    Au laboratoire,  nous avons continué les travaux expérimentaux engagés par Le Gal sur la focalisation des vagues. De mon point de vue, le fait de recréer une vague, de l’isoler dans le bassin fût pour moi une opportunité de sculpter l’eau, la vague elle même afin de lui donner les caractéristiques que nous souhaitions.  De la vague puissante de l’océan nous sommes arrivés à une forme suave, fragile, délicate : notre vague.

    Dans le bassin, de l’eau calme surgit la vague, elle prend forme, elle avance, elle devient vague. Puis, en un laps de temps furtif, elle éclate dans une sublime beauté pour disparaître. Elle perd ainsi son identité, son unicité pour s’évanouir dans l’eau.

    La géométrie de l’espace, la forme évolutive de la vague est alors synonyme de temps. Pour tenter de saisir l’ensemble de la transformation de la vague, il fut nécessaire d’utiliser une caméra rapide (2000 images par secondes). Grâce à cette vitesse de capture on a pu saisir les différentes formes que la vague revêt lors du déferlement.

    C’est cela que je voulais saisir, la forme qui s’échappe, qui s’enfuit.

    Nous avons mis en place différentes expériences afin de parvenir à la forme parfaite, symétrique qui convergeait et déferlait au point exact décrit par la théorie du Cusp  Z3 – a Z – b = 0. Puis, nous avons réussi. Nous l’avons trouvé cette forme qui répondait à nos deux besoins, celui de l’artiste et celui du chercheur.  C’était notre moment magique, celui du partage et de fascination par un objet commun retrouvé.

    C’est cet instant précis. Cette convergence d’une recherche scientifique et artistique sur le déferlement de la vague, le pli ; cette tension entre l’air et l’eau qui sera ici exposé.” Javiera Tejerina-Risso, janvier 2013

    ****

    SAFFIR, galerie nomade en résidence au sein de HORS LES MURS / HLM 20 rue St-Antoine 13002 Marseille
    Du mercredi au samedi de 15 à 19h et sur rendez-vous
    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page