MENU

  • Daniel Clapp, Ingrid Mourreau-Kelleman, Julien Lévy, Noël Ravaud, Patrick Lombe, Sophie Urbani, Sylvain Sorgato
  • OÙ Galerie Paradis
  • L’Association OÙ programme sa nouvelle galerie privée OÙ Galerie Paradis

    Denis Brun commissaire de “Galerie ÉdOÙard Paradis” (nom donné par D. B.) et Axelle Galtier directrice de la Galerie vous proposent

    Exposition collective

    Jeudi 27 novembre 2014 inauguration sur réservation de 16h à 20h WE WERE A VERY POOR JETSET

    Première exposition collective à la Galerie EdOÙard Paradis avec :
    Daniel Clapp (New-York, USA)
    Julien Levy (Marseille, France)
    Patrick Lombe (Marseille, France)
    Ingrid Mourreau-Kelleman (New-York, USA)
    Noël Ravaud (Marseille, France)
    Véronique Rizzo (Marseille, France)
    Sylvain Sorgato (Paris, France)
    Sophie Urbani (Marseille, France)

    Plus d’informations sur la galerie privée :
    OÙ Galerie Paradis
    152 rue Paradis 13006 Marseille
    Ouvert tous les jours même le dimanche. Passez directement, sonnez à Association OÙ 1er étg, ou téléphonez…
    T : 06 98 89 03 26
    M : [ounousecrire@club-internet.fr]
    W : [http://www.facebook.com/axelle.galtier]

    Page facebook de la galerie : [https://www.facebook.com/edouardparadis]

    Autre contact : Denis Brun T 06 62 85 73 98 / M [denisbrun@hotmail.com] / W [https://www.facebook.com/denis.brun]

    Un Partenariat avec l’Association Perspective Trouble

    L’Association OÙ est soutenu par le Département 13, la Région PACA, la Ville de Marseille et les membres de l’Association OÙ. Partenaires des expositions : QUOTIDIEN DE L’ART et Paris-ART. L’Association OÙ est membre du réseau MARSEILLE EXPOS.

    ***********

    TEXTE DE PRÉSENTATION GÉNÉRALE

    En novembre 2014 l’association ouvre OÙ Galerie Paradis.
    La galerie privée est mis à disposition d’un commissaire, artiste de préférence, pour une durée de deux ans maximum, qui lui ré attribue un nom et organise une programmation spécifique de son choix. La galerie de 5,5m2, située 152 rue Paradis 6ème arrondissement dans le quartier chic de Marseille, avec une vue incroyable, est un espace intime et personnel dominant la ville, autre fois chambre de bonne. Cela veut dire qu’on ne peut pas tout montrer, cela veut dire qu’on optimise un lieu avec toutes les choses que l’on a apprises et expérimentées pour donner un sens certain, tout au moins voulu, ardemment souhaité, à des oeuvres qui n’auraient peut-être jamais été vues dans d’autres circonstances.

    ***********

    AVANT PROPOS :
    WE WERE A VERY POOR JETSET est une série de 8 expositions qui auront lieu au 152 rue Paradis. Elle constitue le départ d’un projet curatorial organisé par la Galerie OÙ qui m’a invité à intervenir dans un nouvel espace en me laissant le libre choix d’y organiser des évènements ou d’y proposer des cartes blanches.”
    “Guy Debord ne viendra pas au vernissage, il est déjà mort. Pareil pour Kurt Cobain, pour Alexander McQueen, pour Andy Warhol ou Malcom Mac Laren.
    N’espérez pas non plus croiser Christian Boros, Melva Bucksbaum and Raymond Learsy ou Francois Pinaud.
    On est dans une galerie, certes dans un quartier chic avec une vue incroyable sur Notre-Dame de la Garde, mais c’est quand-même une ancienne chambre de bonne de 5,5 mètres carrés !
    Cela veut dire quoi pour vous ? pour moi, cela signifie : un espace intime et personnel dominant la ville.
    Cela veut dire qu’on ne peut pas tout montrer, cela veut dire qu’on optimise un lieu avec toutes les choses que l’on a apprises et expérimentées.
    Cela veut également dire : donner un sens certain, tout au moins voulu ou ardemment souhaité, à des œuvres qui n’auraient peut-être jamais été vues dans d’autres circonstances.
    Ça pourrait être bien pire : on pourrait être à Moscou en 1982, sans ascenseur, avec de la vodka frelatée qui rend aveugle et des maladies vénériennes sur la cuvette des WC.
    Une pierre à la mer ? un jeton virtuel dans une appli “juke-box” ?
    Non, une proposition d’expo originale et indépendante.
    On fait comme si on ne savait pas dans quel monde on vivait, comme si on était encore à l’école, comme si par définition, on avait l’assentiment de toutes et de tous et qu’à la fin il y aurait toujours 2 mois de vacances en été.
    Peu importe la proposition artistique, peut importe sa justesse (par rapport à quoi d’ailleurs ? ) et peut importe son impact sur qui que ce soit d’autre que la personne qui l’aura crée.
    On ne parle même plus de freestyle ou de coïncidence recherchée mais plutôt de quête harmonieuse, modeste et bienveillante, tant sur le plan du choix des artistes que sur celui des expositions proposées.
    Finalement, tout reste à faire, sans forcément changer son fusil d’épaule mais en déployant un spectre de monstration plus large et waterproof tout en cessant de croire que tout à été déjà fait.
    Alors venez seul ou nombreux, mais venez.
    Annonce non contractuelle.”
    Denis Brun

    ***********

    TEXTES ET CV DES ARTISTES PRÉSENTÉ(E)S

     

    - DANIEL CLAPP   

    Études : Miami Dade College-  Université internationale de Floride et G. Holmes Braddock High School
Habite à New York – Originaire de Miami

    “For the past couple of years, I’ve been exploring the relationship between lasting imagery influenced by media in my youth and it’s manifestation into my contemporary identity. With, “You are going to die”, I was dealing with the grandiose idea of universal truth and something which we all have in common. I arrived at this point while questioning my audience’s relationship to my work. For the past year I’ve been working for an art collector that owns several of Felix Gonzalez-Torres’ work.
Both it’s element of distribution and it’s form are influenced by my daily interaction with Felix’s, “Portrait of Dad.”

     

    - JULIEN LEVY 

    “J’avais arrêté l’art, et puis je m’y suis remis. J’ai repris modestement en me rachetant un carnet, dans lequel, contrairement à ceux que je remplissais jusqu’alors, je décidais de faire un « vrai » dessin par double page. Ces carnets constituent aujourd’hui une sorte de réservoir dont j’extrais des dessins qui peuvent être présentés seuls ou associés les uns aux autres. Le dessin, qui avait toujours été une pratique périphérique chez moi devint pour la première fois une activité en soi. J’apprécie son « épaisseur », sa propension à être à la fois projet (pour des sculptures ou des installations) et œuvre en soi.
J’apprécie également, et ce n’est pas la moindre de ses qualités, le peu de moyens que nécessite sa pratique.
Le gris du graphite m’a aussi permis d’unifier des images que j’accumule depuis longtemps, provenant de sources diverses (snapshots, Internet ou coupures de journaux) dont l’hétérogénéité me posait jusqu’à présent problème.
À travers cette hétérogénéité, je tente de dresser les contours d’un propos qui, lui, serait cohérent.”

    Expositions

    « Walk With Me », galerie Circonstance, Nice, novembre 2014
« Sun of a beach 2 » , exposition collective organisée à l’occasion des portes ouvertes des ateliers du Panier,
Marseille, septembre 2014
« Esquisse d’une collection », exposition collective autour du dessin, dans le cadre de Paréidolie, saison du dessin à Marseille, fondation Vacances Bleues, Marseille, septembre 2014
Exposition personnelle à la galerie du Tableau, Marseille, mars 2014
« Sun of a beach » et « à vendre », expositions collectives organisées à l’occasion des portes ouvertes des ateliers du Panier, Marseille, septembre 2013
« 55-65, une décennie architecturale revisitée en dessin », école spéciale d’Architecture, Paris, 2013
Collaboration avec Eric Tabuchi pour son exposition « Between Peaks », galerie Do Hyang Lee, Paris, 2010
« Cosa nostra », Glassbox, Paris, 2006
« Est-ce bien de l’art », (commissaire Hervé Loevenbruck) Saint-Cyprien, 2006 et Angers, 2005
« Limit.éD 2 », Cenre d’art le Triage, Nanterre, 2004
Exposition personnelle au 2 pièces cuisine, Paris, 2004
« Blue Dragon », galerie Air de Paris, Paris, 2001
« Chez l’un l’autre », Galerie Anton Weller, Paris, 1998
« Réveillons nous », galerie Météo, Paris 1997

     

    - PATRICK LOMBE

    “Je suis née en 1970 a l’ile de la Reunion, j’ai commencé la musique traditionnelle à l’age de 16 ans puis j’ai fait mes études aux Beaux Arts de Bourges en 1996.
C’est a partir de là que j’ai commencé a faire de l’expérimentation, puis je suis venu à Marseille.
À partir de là, j’ai été guitariste dans des formation mêlant le rock, le punk, à l’improvisation et à l’expérimentation.
Ces groupe sont : Judex, Placenta Popeye, Statonells.
Mes pratiques artistiques sont multiples, actuellement le médium que j’utilise est le dessin à l’encre de Chine.
L’univers abordé se situe entre l’abstraction et une figuration imaginaire.
Ce que je fais en musique se situe entre la chanson, l’improvisation, l’expérimentation, cela découlant sans doute de mon parcours artistique.
En effet, ayant parallèlement étudié les Arts Plastiques, j’ai appris la guitare et le chant de manière autodidacte, ce qui à dirigé mes goûts vers la musique d’avant garde et d’expérimentation, comme ce qui me plaisait en Arts Plastiques.
Mon champ d’écoute peut se situer entre Brel,  Dominque A, Juliette Greco,  Brigitte fontaine, aussi bien qu’autour de chanteurs comme Keiji Haino, Ghedalia Tazartes, qui sont des musiciens plutôt dans la marge.”

    Expositions / Concerts :

    Etudiant Guitariste de jazz et solfège au conservatoire de Nantes dans la classe de Jean-Phillipe Theveneau
Ecole des Beaux-Arts de Bourges.
Conservatoire de musique de BOURGES option: Solfège et technique de la guitare
Ecole de musique d’electroacoustique de BOURGES Conservatoire de musique de NANTES option:Solfège et Cours de jazz Conservatoire de musique de MARSEILLE option:Solfège et musique électroacoustique.
- 2014 Concert solo folk noise à DATA (Marseille) et Asile 404
Concert solo guitare folk noise à l’ASILE 404 ( Marseille )
Résidence au train en Marche (lieu de répétition Marseille ) avec le guitariste BEX et le Batteur de MONO Percussionniste et guitariste lors des soirées de musique traditionnelles de la Reunion à L’OSTAU DE PAIS
Concert solo en tant que guitariste de jazz au bar restaurant MANOLO (Marseille)
Concert Free Rock aux INSTANTS CHAVIRÉS avec le groupe LA LIGNE CLAIRE ( Paris)
Performance musical avec le batteur BIM JHONSON à la galerie PARAPHOTOGRAPHIE (Arles)
Performance musical Jazz rock expérimental avec le batteur AHMAD COMPAORE à L’EMBOBINEUSE ( Salle de concert alternative Marseille)
- 2013 Ciné concert en tant que guitariste avec le groupe les STATONELLS en soirée de soutien à ( cinéma d’art et d’essaie )
Concert à L’ EMBOBINEUSE ( Salle de concert alternative Marseille) en première partie du groupe MONBU du groupe les STATONELLS
Concert solo guitare et voix style folk noise en premiere partie du chanteur daniel higgs
Concert des STATONELLS à DATA ( Médiatheque alternative Marseille )
- 2012 Concert des STATONELLS à la galerie du TAPIS VERT ( Marseille) Enregistrement du deuxieme Album des STATONELLS
Performance Musical à la guitare avec le Musicien Bim jhonson
Atelier de fabrication d’instrument de musique avec des enfants de 6 a 12 ans au jardin GILBRALTAR (Marseille)
- 2011 Résidence avec le groupe les SHOOLERS ( Musicien trisomiques )
- 2010 Exposition de dessin, peinture à la galerie et librairie le « LIEVRE DE MARS » à la galerie « L’OMBRE DE MARX »
Publications de dessin pour la maison d’édition « CATOBLEPASS » (Paris ), pour le graph’zine « ŒIL DE VERRE » (Marseille)
Exposition à la galerie à la galerie « VENDETTA » ( Friche de la belle de Mai, Marseille )
- 2009 Publication de dessin par le collectif d’édition ” L’AUBERGE FLOUE”(Marseille) Pour la revue ” LA COMMISSURE” (Paris)
Exposition de peinture pour le festival de BD de Lyon avec la participation de “L’ AUBERGE FLOUE”
- 2008 Exposition de dessin a à la galerie « MOURLOT » (Marseille ),
Dessins selectionné pour la revue graphique “IMAGES SUCREES” crées par L’ AUBERGE FLOUE
Présentation de peintures et de dessins pour le festival “EPHEMERE”(MARSEILLE)
Animation d’un atelier d’art plastiques pour enfants et parents dans le cadre du festival “DES ARTS ET DES LIEUX ) (Marseille )
- 2007 – Installation de vidéo d’un film animé mettant en rapport la sculpture et l’animation plastique pour le festival “EPHEMERE
- 2006 – Laureat du prix de Peinture “MOURLOT”
- 2004 – Exposition collective de dessins à la galerie “ATHANOR”

     

    - INGRID MOURREAU-KELLEMAN

    “Je vis à New York depuis 8 ans. Cette ville est pour moi une quotidienne et intarissable source d’inspiration. J’y déambule beaucoup, j’y dessine et parfois peins sur des murs.
J’y enseigne le français et y élève mes deux enfants. je fréquente des poètes, des féministes, des activistes, des acteurs et des musiciens. j’affectionne les héros et les anti-héros.
Mon travail se nourrit de ma vie et de mes rencontres, avec, en son centre, l’ironie, l’allégorie, l’érotisme féminin et la pornographie de notre société.”

    Collaboration with Dynomighty Design, Brooklyn, NY (Jewelry color consultant and illustrations for Design) 2006-2010
Blog “Marquises, Bimbos and the Girl Next Door”, www.ingridmk.tumblr.com
Children Book “The Little Witch and the Dwarf”, Ogham Editions, 2005
Art Exhibitions, Europe. 1995-Present
(Collection Yvon Lambert en Avignon-France, Kunsthaus, Hambourg-Germany, Collective Gallery, Edimbourg- UK, Galerie Roger Pailhas, Marseille France, etc..)

    Born 1969, Strasbourg, France

    Solo Exhibitions

    2014 The Misunderstanding, Sustainable Café, New York
2006  Requiem pour une Majorette, Sagace, Esac, Pau
Cramoisi Chéri, Badaboum Theater, Marseille
2005 L’eau qui dort dans tes yeux, Galerie du Tableau, Marseille
Cramoisi Chéri, Badaboum Theater, Marseille
2004 Oups ! Tohu-Bohu, Marseille
What’s New Pussycat ?, Galerie de l’Ancienne Poste, Le Channel, Calais
Love me tender, Galerie Autrepart, Marseille
L’Apocope, Marseille
3615 ZOO, Galerie du Tableau, Marseille

    Selected Group Exhibitions

    2014  Ab Uno Pluribus, 3 Jewels, New York
2007  Interstices, Parc Borély, Marseille
2006   Sixty Hotel, (curator: Galeria Neon, Bologna) Riccionne, Italia
2006   Les Vitrines du Dojo, Le Dojo, Nice
2005  Vinyl, Le Labo, Villa Cameline, Nice
Guillaume Pinard – Ingrid Mourreau, Galerie Jacques Girard, Toulouse
Multiples d’Artistes, Astérides, Marseille
2004 Á fripon, fripon et demi, pour une école buissonnière, Collection Yvon Lambert, Avignon
TOC mural, Contemporary Art Center, Sète
Project Room, Art Dealer, Galerie Roger Pailhas, Marseille
2003 Dessins d’Artistes, Chapelle des Pénitents, Aniane
C’est(-)à(-)dire !  État du Monde, États d’Arts, Palais des Papes, Avignon
Unisci I Punti, curator: Daria Filardo, Galeria Neon, Bologna, Italia
Vu d’ici, Lauris Castle, Lauris
Cueilleurs-de-Ballons, Immanence, Paris
Laurent Terras – Ingrid Mourreau, Galerie Jacques Girard, Toulouse
Atoma, curator : Galerie du Tableau, store n°3, Thessaloniki, Greece
2001 : Cerveau, Art et Science, Espace Sextius, Aix-en-Provence
La Toison d’Or, curator: Philippe Hardy, Gallery Sabine Wachters, Brussels, Belgium
Klemensiewicz / Mourreau / Pasquiou, Galerie Dortindeguey-Regal, Arles
2000 Art et Bande Dessinée, Galerie de la Friche, Astérides, Marseille
Fictionary, 3015 and Triangle France, Paris
Arte-Marsiglia, curator : Philippe Hardy, French Cutural Center, Torino, Italia
La Partie Cachée de l’Iceberg, Ateliers d’Artistes de la Ville de Marseille
Pas à côté, Juste en dessous, South Art, Nice
Imageries, Galerie Éof, Paris
1999 Galerie Roger Pailhas, Marseille
Garcin / Mourreau / Salavert, Galerie des Grands Bains Douches de la Plaine, Marseille
Cinquante ans du Fonds Communal, DGAC, Galerie de l’école d’Art, Marseille
De Beaux Lendemains, Galerie Françoise Vigna, Nice
Miroiterie, Les Ex d’Aix 4, Galerie de l’école Supérieure d’Art d’Aix-en-P
Montag, nie ! curator : Galerie du Tableau, Kunsthaus, Hambourg, Germany
Astérides, Galerie de la Friche, Marseille
Dérives Photographiques, 3bisF, Aix-en-Provence
Biennnale of Young Artists, Moderna Galerija, Rijeka, Croatia
1996 Absolutely Fabulous, Galerie Sintitulo, Nice
Big Girl, Little Girl, curator: Kirty Ogg, Collective Gallery, Edimbourg, UK

    Education

    1988-1990 School for Applied Arts, E.N.S.A.A.M.A., Paris
1990-1995 Ecole des Beaux-Arts, Aix-en-Provence

    Bibliography

    Ingrid Mourreau, carnet Sagace, Esac, Pau
C’est(-)à(-)dire !, Editions Cercle d’Art, Paris, 2003
Fictionary, Triangle France, Marseille, 2001
La Partie Cachée de l’Iceberg, Ateliers d’Artistes de la ville de Marseille, 2000
Cinquante ans du Fonds Communal de la Ville de Marseille, DGAC, 1999
Astérides 98, association Astérides, Marseille, 1999
Lundi, jamais !, Galerie de Tableau, Marseille, 1998
Miroiterie, Aix-en-provence’s art school, 1998
Biennnale of Young Artists, Moderna Galerija, Rijeka, 1997

    Articles

    Ingrid Mourreau, Alain Pusel, Arearevues N°10
Ingrid Mourreau, Marc Roudier, Art Sud N°46
De Beaux Lendemains, Catherine Macchi, Art Press n°242
Ingrid Mourreau-Galerie Autrepart, Frédéric Brice, Spore n°3

    Art Editions

    Cartes, text : François Bazzoli, publisher : éditions d’art d’aix, 2001
La Petite Sorcière et Le Lutin (children’s book), publisher : éditions Ogham, 2005

    Residences

    Ateliers d’Artistes de Marseille, bd Boisson, Marseille (2001-1999)
Astérides, artists residency, Marseille (2003, 1998, 1996)

     

    - NOËL RAVAUD

    La série de double dessins intitulée noComment/Vol facial, s’inscrit dans un ensemble qui comprend des vidéos, des textes, des sculptures et des performances, et tourne et retourne autour de la phrase standard du journaliste dépité, télévisé ou autre : “No Comment” ou “la société ne fait pas de commentaires à tel sujet”… qui est déjà un commentaire en soi. Pierre Bellemard est l’un des artistes contemporains les plus importants qui, avec sa célèbre formule radiophonique, sans le savoir, dévoilait le ressort de la société de l’entertainment, dont la culture et l’art ne sont que des secteurs peut-être pas indispensables : “À tout instant, il se passe quelque chose.” Entendre : il faut qu’à tout instant il se passe quelque chose pour occuper l’attention déjà, pourtant, en miette.
En 2010, Noël Ravaud recopie le texte d’une schizophrène, trouvé sur le site médical Doctissimo, sur des blocs de polystyrène qui s’effritent sous l’action du crayon. Pendant l’exposition, les billes se collent aux chaussettes des visiteurs et des enfants grattent les blocs. Dans quelle dimension allons nous alors classer une œuvre qui se disperse ? Et qui est l’artiste en fin de compte ?
De quelle nature est son geste ? La ‘sculpture’ s’appelle La Réalite (avec un ‘e’ sans accent, à la fin).
Titre des 8 dessins (4 doubles dessins) : noComment / Vol facial, 2014, 17 x 23 x 3 cm

    Expositions personnelles

    2012 WIAOBA? / Why In Advance Of the Broken Arm? (en collaboration avec Charlotte Serrus, Le Château de Servières/Ateliers d’artiste de la ville de Marseille)
* 2010 Silence, Assurances, Total (Domaine Grand Boise / Association Voyons Voir, Trets)
L’exposition plus grande que l’exposition (Art/Positions, Marseille)
2009 WOWSspace (La Générale, Sèvres)
2008 Artiste à flux tendu /exposition et résidence avec Astérides (MAC, Marseille)
2007 Quelquefois je me cache dans des animaux /Gomfilm 1 (Musée départemental de Gap)
2003 Membrouille avec t-divisé (MAMAC, Nice)
2002 À la recherche du contact em (Centre d’art Le confort Moderne, Poitiers) *
2001 TUMEURS, des sapins qu’est-ce que je fais là (Le Logoscope, Monaco)
1999 L’acteur Permanent /t-Divisé (Centre d’art Le Bond de la Baleine à Bosse, Toulouse)
1998 Voilà pourquoi votre fille est muette (Galerie du Tableau, Marseille)
Exposition pour animaux de compagnie (Tohu Bohu, Marseille)

    Expositions collectives

    2014 Sun Of A Beach 2, Atelier de Denis Brun, Marseille 2013
Asile 104, Marseille
2012 La Nuit de l’Instant, La Traverse/Les Ateliers de l’Image (avec Charlotte Serrus), Marseille
2010 Double Bind / Arrêtez d’essayer de me comprendre (Centre d’art Villa Arson, Nice)
2008 Les magiciens de la France (par Stéphane Bérard, Centre d’art Le Cairn, Dignes-les-Bains) *
A rose is a rose is a rose (par Marie-Louise Botella, Centre d’art le 3 bis F, Aix-en-Provence)
2004 Prêt à prêter (par Eric Mangion, Fond Régional d’Art Contemporain PACA, Marseille) *
2001 Le jeu du réel ( par Sylvie Coëllier, Galerie de Grands Bains Douches de la Plaine, Marseille)
Barbier, Bérard, Lucariello, Ravaud (Astérides, La Friche la Belle de Mai, Marseille) *
2000 Le papier journal un monde d’idée /JE/J’NE (La lune en parachute, Epinal) *
1998 Fait sur mesure (Musée de la vieille Charité, Marseille) *

    Performances

    115 en clair (acteur : Franck Libert, 2012), Sucettes et copyright (collective, anonyme et infinie, 2012)
Nous ne sommes pas naturels (par Maxime Carasso, 2010)
Assurances spatiales et Surfaces commerciales (par Emmanuel Lescoulié, 2008)
Nel Félj a Fogyástól / n’est pas peur d’être déficient
(2002) John Doe dans la Bibile
(2001) En cas d’absence (anonyme et infinie,1998)
C’est votre cadeau (par Jean-François Salles et anonyme et infinie, 1998)
C’est vrai lui dit le roi je vais la remettre à l’endroit (anonyme et infinie, 1998)

    Edition > rédacteur des revues Spore et Videospore (1999/2007)

    Catalogue rétrospectif > Noël Ravaud, Cosmétiques 1999/2012 (Edition Cravan)

     

    - VÉRONIQUE RIZZO

    “Le travail de Véronique Rizzo s’appuie sur une connaissance approfondies des grands moments de histoire de l’art récente. Principalement tournée vers l’abstraction (des avant-gardes russes jusqu’à l’op art en passant par l’art concret ou le Bauhaus…) cette compréhension précise pose les bases d’une pratique qui redéfinie, se détache, contredit ou amplifie ces fondements théoriques.Véronique Rizzo opère à l’aune des transformations du monde et des remises en cause, de l’échec ou des réussites des programmes idéologiques qui ont accompagnés les abstractions modernistes.
Portant un regard tour à tour ironique ou partisan sur cette pensée formelle, elle puise son vocabulaire plastique dans ces géométries chargées de sens. Que ce soit les motifs de Vasarely dans sa vidéo Tilos, ceux de Jean Arp ou Pol Bury dans Gestalt, ils constituent le socle d’un art qui, à l’heure des techniques numériques, rejoue ces expérimentations visuelles, les animent et les mixent…
Car à l’image arrêtée de la peinture succède le mouvement de la vidéo, car à l’enfermement de la forme pure et autonome se substitue l’inclusion de motifs issus de la culture populaire. Génériques d’émissions de télévision ou de films des années 1960-70, BD, science-fiction, cultures urbaines, musiques électroniques, psychédélisme… Tout se rencontre et coïncide d’une manière ou d’une autre dans cette oeuvre de synthèse.
Et puisque les utopies sont tombées sous le feux de politiques trop rationnelles, puisque les formes cinétiques se sont fait rattraper par l’industrie de la communication de masse, de l’identité visuelle, de la permanence de l’image, alors Véronique Rizzo prend acte et joue le jeu du sensoriel et du sensationnel. Les (installations) vidéos qu’elle réalise ont une charge vibratoire qui les placent invariablement du côté de l’expérience corporelle. Parfois oppressante (Panopticon XXX), résonnante (Tilos), narrative (Labyrinthe vert), ou hypnotique (Sun1), elles disent intensément la puissance émotionnelle de la forme.
Si le travail de Véronique Rizzo peut être perçu comme une mise en question, il doit également être compris comme une affirmation, celle qui dit la validité du motif sur une réalité physique. C’est cette force opérante qui se donne à lire sans détour dans cette géométrie vivante et sensible.”
Guillaume Mansart

    Expositions personnelles

    2013
• Dreamers, projection monumentale sur le cours d’Estienne d’Orves dans le cadre de “Outside the Frame”, festival Mouvart, Marseille
• Soirée AXA, Maison des Enchères Damien Leclère, Marseille
• Fake Off, Galerie St Laurent, Marseille
• Véronique Rizzo fait son musée, Fondation Vasarely, Aix-en-Provence
2012
• Battle1/Battle 2, Duo Show,  Galerie La Gad, avec Francisco da Mata. PAC et ARTORAMA, Marseille
• Synopsie n°1,  Installation video à Diagonale 61, Techné/Riam, PAC, Marseille
• Gusto, Galerie du Tableau, Marseille
2011
• Sculpture in situ dans le pays aixois, Voyons‐Voir
2010
• Programme de diffusion de vidéos,  à Fed Square, Melbourne, Australie, et Station Europe, Paris, par Vidéospread
2009
• The Balls, Sycomore art, Paris
2008
• Programme de diffusion de vidéos numériques, écran Caszuidas, organisé par Videospread, octobre, Amsterdam
• Etoile Ninja, Galerie du Tableau, Marseille
• PanopticonXXXX, Centre d’art le Parvis, Tarbes
2007
• PanopticonXXXX, Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence
• Bel horizonte, Villa Tamaris Centre d’Art contemporain, La Seyne-sur-mer
2005
• Free your mind and your ass will follow, Centre d’art, Istres
2004
• Bouches, 3 Bis F, Aix en Provence
• Exposition d’oeuvres au Tracteur, projet initié par Sycomore Art, Paris
2003
• Elektrische Kartoffeln, Abbaye de St André, Centre d’art contemporain de Meymac
• Tilos blue, Espace Croisé, Centre d’art contemporain, Roubaix
• Slippery, nuit des arts électroniques, Espace Croisé, Centre d’art contemporain, Roubaix
• Les schizes, Espace contemporain de la ville de Paris, Paris
• La Nuit Blanche, Mairie de Paris

    Expositions collectives

    2013
• L’image sonore, Frac Limousin, Brives
• Festival Ephémère, parc de la Maison blanche, partenariat MAC/Ecole d’Art de Luminy, MP2013, Marseille
• Vous aussi avez l’air conditionné? Partenariat Galeries Lafayette/Marseille expos. Commissariat Camille Videcocq, Galeries Lafayette, Marseille
• Aimez-vous la chlorophylle, commissariat Lydie Marchi, Galerie Saffir Nomade, Galerie de L’Esdac, Aix-en-Provence
2012
• Caverne Cinéma, Films et environnements-vidéos, commissariat Yannick Miloux, FRAC Limousin
• Réaction en Chaîne/Kettenreaktion, Un cadavre exquis Franco-Allemand. Sur une invitation de Katharina Schmidt, avec Ursula Döbereiner, Henry Kleine, Dag Przyzilla, Dirck Krecker. Galerie du Tableau, Marseille
• Calme, 2ème volet de Luxe, Calme et Volupté, Galeries Lafayette, commissariat Marseille-expos Marseille
• Drame, Programme vidéo duo avec Bas Jan Ader,  commissariat Damien Airault, Olga Rozenblum, Instants Chavirés, Paris
2011
• Multiples Astérides,  Artorama, Marseille
• 101 dessins contre la guerre du Viet‐nam,  commissariat Damien Airault, Paris/Le Komplot, Bruxelles, Belgique
2010
• Foire Slick,  Paris, Galerie Sycomore Art
• Invitée Mathieu Clainchard/Triangle‐France,  Vente Damien Leclère
• Foire de Sao Paolo,  Galerie Sycomore
• Concours CCI,  palais de la Bourse, Marseille
• Exposition et résidence en entreprise chez Vitabri – CAC Pavé dans la Mare,  Besançon
2009
• Messe noire pour un temps présent, exposition organisé par Frédéric Clavère, Galerie du Tableau, Marseille
• Foire de Sao Paolo, Galerie Sycomore Art
• Foire Slick, Paris, Galerie Sycomore Art
2008
• Foire Artorama, sept. exposition aux Ateliers de la Ville de Marseille
• Foire Slick, Paris, Sycomore Art
2007
• Peyotl, Centre d’Art Edouard Manet, commissariat Patrice Joly, Gennevilliers
• Série noire, Galerie Buy Sellf , Villa Bernasconi, Genève, Suisse
• Group Show, Galerie Buy Sellf , Marseille
• Foire Diva, Paris, Galerie Sycomore Art
• Foire de Sao Paolo, Galerie Sycomore Art
• Speed dating, Espace Mica Galerie, Rennes
2006
• Monument Minimum, petits habitats au château, commissariat Agnés Barruol, Château d’Avignon, Arles
• Agua Corrente, Centro cultural de Sao Paulo, Brésil
• Oblique, Alliance Française, Sao Paulo, Brésil
• Cosa Nostra, Glassbox, Paris
• RISC, Rencontres internationales sciences et cinémas, Festival Cinéma Le Variété, organisé
• par Polly Magoo, Marseille
2004
• L’esprit du lieu, Carte Blanche à Vidéochroniques, Immeuble de Vacances Bleues, Marseille
• Wall painting, intervention permanente au MAC, Galerie municipale de la Ville de Marseille, à l’occasion de l’exposition de Carsten Höller, Gilles Mahé
• Show room, Association Sycomore Art, Paris
2003
• More I think, more I think, more, 3BisF, Aix en Provence
• Show room au Tracteur, Association Sycomore Art, Paris
2002
• Vue d’ici, Château de Lauris, association Signé Lauris, Lauris (84)
2001
• Authentiques Résidents, organisée par Astérides, Galerie de la Friche la Belle de Mai, Marseille
• Odyssée 2001, Ateliers d’artistes de la ville de Marseille
2000
• Espace Kiron, organisée par la Galerie Art Concept, Paris

     

    - SYLVAIN SORGATO

    “Sylvain Sorgato dessine les yeux fermés depuis le début des années 90, privilégiant ladétermination plutôt que la conformité à un modèle de représentation.”
«…Sylvain Sorgato parle avec précaution de son travail. Il cherche ses mots. Parce qu’il veut les trouver. Il n’est pas homme à se laisser berner par une phrase approximative. Et puis son travail repose sur une parole donnée. Sorgato dessine les yeux fermés, c’est sa manière de tenir une promesse, celle de bien voir. Fermez les yeux et voyez. Voyez un monde traversé de slogans, de directives, de conseils d’utilisations, de mises en garde. Sur les paquets de cigarettes, sur les affiches, les écrans, les panneaux, partout des phrases tellement visibles qu’elles en deviennent subliminales.
Sylvain pense en anglais et dessine en français…»
Denis Parent

    Ces sujets empruntés au brouhaha des villes, il dit les puiser dans «les malentendus et les failles du monde et des individus qui m’entourent pour en exposer la face la plus fragile ou vulnérable». Parfois l’esquisse passe à l’épreuve de la tablette graphique, qui lui permet de devenir un fichier numérique et donc une oeuvre projetable et imprimable partout, sur tout support, ce qui amuse l’artiste.Jeu de l’unicité ou d’une multiplicité maîtrisée….

    Né à Paris, en 1965, DNSEP option art, villa Arson, Nice en 1991

    Expositions personnelles

    1992 : – Myself as reduced to the minimum, galerie l’Autre Espace, Bruxelles
1993 : – Myself as the sweetest boy, galerie Alain Gutharc, Paris
1996 : – Myself as splitted-up by a friend of yours, org. A. Fourcroy, D. Kotaj, Bruxelles et Anvers
- Myself as a web’s hexibitor, CMC virtual gallery, org. Anne Fourcroy et Patrick Marione
1997 : – Sous la glace, galerie Sintitulo, Nice
2008 : – A taste for red remains, C.O.N.S.O.L.E., Paris
2009 : – I are here, espace Delrue, Nantes
- Modzanga, Collège Cévenol, le Chambon-sur-Lignon
- Anywhere I can, Librairie Ecritures, Chabeuil
- Where did punk-rock go? Galerie Empires, Ajaccio
- There are many points of view, la maison rouge, fondation Antoine de Galbert, Paris
2010 : – 4ème salon du dessin contemporain, Carousel du Louvre, Paris, galerie Frédéric Giroux
- Success can wait, chez Antoine de Galbert, rue de Charenton, Paris
2011 : – This shampoo does miracles, Guerkan & Ket’Ro, Paris
- I like it twice, galerie Benoît Lecarpentier, Paris
- This ain’t no joke, VOG, centre municipal d’art contemporain, Fontaine
- Pas au-delà du vernissage3 , C.O.N.S.O.L.E., Paris
2014 : – Tractus Tractus Producit, galerie Frédéric Lacroix, Paris

    Expositions collectives

    1988 : – Eden 17, org. Sarkis, villa Arson, Nice
1989 : – Sculptures, villa Arson, Nice
- N.P. , org. Sylvie Blocher, Umpprumeini Vysoka Skola, Prague
- étudiants de 5ème année de l’EPIAR, villa Arson, Nice
1991 : – French Kiss II, APAC, org. Eric Troncy, Nevers
1992 : – Dessins, école des beaux-arts de Nîmes, org. Christian Besson
- The Red Cross Project, org. R. Wasko, exposition itinérante (Berlin, Lodz, Prague, Bratislava)
1993 : – Futura Book Collection, galerie Air de Paris, Nice
1995 : – Nice by Night 3, Nice
- Voting Art, org. Eric Camus, Yves Rénier et Liz Tesla, Paris
- Mobile Home Vidéo, org. Ex in Arts et le Web Bar, Paris
1996 : – Absolutely Fabulous, gal. Sintitulo, Nice
- Club du Capitaine Pip, espace Jules Vernes, Brétigny-sur-Orge
- Programme Vidéo, galerie Chez Valentin, Paris
- Précipité(e)s, galerie des Archives, org. GPS et Muriel Colin, Paris
- Précipité(e)s 2, Flêche d’or Café, org. GPS et Muriel Colin, Paris
- Thés vidéo, org. Corine Miret et Stéphane Olry, Paris
1997 : – Who’s Next? Paris, org. GPS et Muriel Colin, Paris
- Chez l’un l’autre, galerie Anton Weller, Paris
- Vidéo Flash, galerie Hohenthal und Bergen, Cologne
- Sound + Vision, Flêche d’or Café, Paris
1998 : – A bruit secret, C.C.C., Tours
1999 : – Vidéothèque éphémère, La Jeune création vidéo française, Espace Croisé, Roubaix
2003 : – Carta Bianca, galerie Plastica, Bologne
2004 : – L’intime, le collectionneur derrière la porte, la maison rouge, Paris
2007 : – 1er salon du dessin contemporain, galerie Anton Weller, Paris
- Au-tour de Robert, org. Stéphane Lecomte, Immanence, Paris
2008 : – 2ème salon du dessin contemporain, galerie Anton Weller, Paris
- Mail art, collectif Main Nain’m Main Naim, Pau
- Souvenirs de vacances, galerie l’Art de Rien, Paris
- Des certitudes, sans doute(s) une collection privée d’art contemporain, ESAD, Amiens
2009 : – Facebook Friends, a virtual reality, org. Michaël Picoron, centre culturel de l’arsenal, Maubeuge
- fumeurs en deuil et en colère, galerie Cécile Charron, Paris
2010 : – La Fabrique, exposition inaugurale, Bordeaux
- en mai, fais ce qu’il te plaît, Synesthésie, Saint-Denis
- Fuck Ooh! Ophtacalm Gallery, Nantes
- Arte Mare 2010, théâtre de Bastia
2011 : – Sequenceur#1 Contemporain, Artcurial, Paris
- Save the date, Agnès B. , Paris
- Pas au-delà du vernissage4 , C.O.N.S.O.L.E., Paris
2012 : – 38ème salon de peinture et de sculpture, Maisons-Alfort
- Chic Dessin, Drawing Gallery, Paris
- Pour que les murs se souviennent, galerie Aline Vidal, Paris
- On n’est pas là pour vendre des cravates, Carole Manaranche, Lezoux
- Sous les toits … Drawing Gallery, Paris
- FIAC 2012, galerie Aline Vidal
- NOPOTO 2012, atelier Bourdanove, Paris
2013 : – Isabelle Grosse / Sylvain Sorgato, Home Contemporain, Paris
- A 3 à moi, instant 42, Taipei, Corée
- OFF le Salon du Dessin, Drawing Gallery, Paris
- 777#7, château de Kerpaul, Loctudy
- Sun of a Beach, Denis Brun, Marseille
- Crémaillère de l’an 2000, collectif IDIOM, à l’invitation de Thibault de Gialluly, le 104, Paris
- Soirée dessinée de la nuit blanche, Drawing Gallery, Cité Industrielle de Vincennes
- Just Like Heaven, 3Some, Cergy
- NOPOTO 2013, atelier Bourdanove, Paris
2014 : – Interventions In Situ, Musée National de l’Homme, Paris
- Soirée dessinée #12, galerie Talmart, Paris
- L’œil et le Cœur, Carré Sainte Anne, Montpellier (cat.)
- Monument à Georges Perec, à l’invitation de Anne Deguelle, L’Atelier Blanc, Villefranche de Rouergue
- à main levée, à l’invitation de Frédérique Lucien, la Couleuvre, Saint-Ouen
- Le Mur, œuvres de la collection Antoine de Galbert, la maison rouge, Paris (cat.)
- Monument à Georges Perec, à l’invitation de Anne Deguelle, galerie Dix9, Paris
- The Drawer 7, The Drawer, Paris
- When Cattitudes Becomes Form, galerie de l’Angle, Paris

    Publications

    1992 : – Daniel’s choice, éditions la lettre volée, Bruxelles
1993 : – William & Edith’s choice, éditions la lettre volée, Bruxelles
- Anne’s choice, éditions la lettre volée, Bruxelles
- A short collection of bullet point markers, Bruxelles
1996 : – Sylvain Sorgato par Julien Lévy, disquette mac et pc, Paris
2010 : – Success can wait-catalogue, Paris
2011 : – Under the leaves, VOG Fontaine
- Sylvain Sorgato’s finest flowers, album, Cergy
2014 – The Drawer 7 Le rire

    Textes

    1992 : – Sylvain Sorgato as a stupid boy, par Christian Besson
- La légende continue, 92 situations pour Sylvain Sorgato, par Daniel van der Gucht
1996 : – Sylvain Sorgato, par Julien Lévy
2009 : – Sylvain Sorgato : et le verbe devint trait, par Marie Joseph Arrighi-Landini
- Sylvain Sorgato par Denis Parent
2010 : – Sylvain Sorgato rue de Charenton : Variantes sur un original introuvable, par Nathalie Marchal
2011 : – Géraldine Longueville : entretien avec Sylvain Sorgato
- Eyes wide shut : les dessins micro politiques de Sylvain Sorgato, par Marie-Cécile Burnichon

    Editions / Multiples / Estampes

    1992 : – Myself as strangles and hanged, figurine à assembler, 200 exemplaires, Bruxelles
- Myself as facing the winds, girouette, 5 exemplaires, Chabeuil
- Myself as in a cheap copy-book, cahier de 10 dessins, 12 exemplaires, Chabeuil
- Myself as performing american classics, cahier de 8 dessins, 12 exemplaires, Chabeuil
1994 : – Drawings in variable color, disquette mac et pc, 40 exemplaires, Paris
- Myself as fancy in very blue, sérigraphie, 20 exemplaires, Nice
- Myself as wharping in time space, sérigraphie, 20 exemplaires, Nice
- Myself as the christmas boy, sérigraphie, 180 exemplaires, Nice
1995 : – Myself as very nervous in very red, sérigraphie, Nice, 20 exemplaires
- Myself as very freaked out in very green, sérigraphie, Nice, 20 exemplaires
- Myself as oversized at random, sérigraphie, sept version, 5 exemplaires, Nice
- Myself as humming pop songs in the car, cassette audio 60 minutes, 6 exemplaires, Nice
- Star sticker, dessins sur étiquette adhésive, 53 exemplaires, Nice
- Mémokid!, jeu pour enfants, sérigraphie, 6 exemplaires, Nice
- Myself as a Chanel hanbag, sérigraphie, 20 exemplaires, Nice
1996 : – Sylvain Sorgato par Julien Lévy, disquette mac et pc, 100 exemplaires, Paris
- Lip lipstick drawings (Catherine, Martine, Elise), sérigraphie, 19 exemplaires, Nice
- Un cent de dessin, étiquettes adhésives, reproduction illimitée, Paris
2009 : – à moi, cd audio, livret 24 pages (19 dessins et calligraphie), 2 000 ex. ed. Debruitetdesilence
2010 : – Success can wait, badge, Centre d’art Bastille, Grenoble
- HardWase, application pour Ipad, Itunes store
2011 : – Divertida ciudad industrial por voluntad poética, carte de voeux, Ambassade de France en Espagne
- twelve stickers, sérigraphie, 50 ex. Grenoble
- Success can wait, badge, Centre d’art Bastille, Grenoble
2012 : – Napoléon Bellucci : collection été 2012, Empires Ajaccio
- My apple is black, estampe, 10 exemplaires
2013 : – Christmas without you was a failure, carte postale 10 x 15 cm, 2 000 exemplaires, ed. NOPOTO

     

    - SOPHIE URBANI

    “Quand elle était une petite fille, elle aimait sauter à pieds joints dans les flaques laissées par la pluie. Ça ne fonctionnait pas toujours aussi bien qu’elle l’aurait voulu, et il lui arrivait de regretter de n’avoir pas d’aussi grands pieds que son papa, mais il arrivait que l’opération réussisse, que le mouvement descendant de ses chaussures se conjugue exactement avec l’éclatement aérien des gouttelettes étincelantes. Une multitude de minuscules Étienne-Jules Marey entreprenaient alors de fixer la succession des états de chacune des petites masses liquides dans un bouquet d’événements cosmiques.De ces expériences à la fois banales et précieuses, quelque chose comme un modèle s’est dégagé.
C’est ce qui explique à mes yeux la cohérence sous-jacente des propositions de Sophie. Toutes se fondent sur le noyau premier d’une idée simple, une idée qui pourrait s’exprimer dans une proposition unique ou dans un geste à
réaliser exactement. Ce noyau est ce autour de quoi doivent s’agencer les éléments d’un dispositif qui pourra à l’occasion devenir assez complexe, mais dont l’ajustement constitue pour une bonne part l’enjeu esthétique du travail. La simplicité de l’idée première (ou du geste central, ou de la situation rêvée, de ce qui parfois se ramène à l’expression d’un jeu de mot) reste, pour ainsi dire, à “fleur de peau” d’une pièce qui pourra se condenser dans une image, se dérouler comme un film ou se déployer dans l’espace et en appeler au déplacement du spectateur.
Mais chaque fois une limite se cherche qui engage ce que, faute de mieux, j’appellerais “un acte de perception”, une façon de s’installer sur la frontière du visible et de l’invisible, de la présence et de l’absence. La tentation d’arrêter le temps, ou au contraire de remettre en mouvement une image arrêtée participe assez évidemment de l’exploration de cette frontière, comme y participe l’intérêt pour ce que le jeu des échelles introduit de perturbation dans notre vision.
Il en résulte une certaine tension du regard, la recherche d’une oscillation de la vision qui donne à beaucoup de ses pièces un caractère un peu hallucinatoire. Un peu comme quand on croit avoir aperçu quelque chose du coin de l’oeil, qui a aussitôt disparu. Mais il s’agit ici de tenter de ramener cette impression périphérique au centre du champ de vision, de l’y fixer d’une façon telle que son incertaine fragilité se maintienne et que ce qui se joue d’une exaspération de la perception soit restitué autrement, dans la forme plastique même. Trois éléments participent à la conception de ces pièces, et se mêlent autant qu’ils se distribuent dans des champs plastiques assignables : le premier de ces éléments est de type sculptural et il se fonde sur une pensée de la construction qui tend parfois vers l’architecture; le second relève de l’image, de la vidéo bien sûr mais aussi d’une relation ancienne, d’une certaine façon primordiale, avec le cinéma dans la tradition propre qui naît avec Méliès (et se joue là non seulement une relation au merveilleux, mais un certain goût pour la théâtralité et la dérision); la troisième participe d’une fascination pour le mouvement non tel qu’on peut naturellement l’observer, mais tel que le montage peut le générer dans la double énergie du rythme des images et du vide qui les sépare et d’une certaine façon les soutien.
Il y a des films qui portent une pensée de la peinture. Les vidéos de Sophie mobilisent un imaginaire de sculpteur, et inversement ses objets se construisent comme des images. Il en résulte une unité relativement forte de son travail, alors qu’il se présente comme une succession de propositions indépendantes qui toutes ne paraissent valoir que par elles-mêmes. Cette unité exprime la nature du point de vue qui s’y exerce, son enracinement dans le fait sculptural et magique de la lumière.”
Jean Cristofol, 2009.

    Expositions personnelles

    2013
LE CABINET DU DOCTEUR ALAN SMITHEE, installations vidéo et sculptures, Vidéochroniques, Marseille.
2012
R_MINUTE, Nantes.
2011
ARCOBALENO, projection vidéo sur vitrine, Il Barone, Marseille.
2006
I VRe, Paris, atelier de Daniel Perrier, Paris.
2003
SALLE CATHODIQUE1, vidéo installée in situ, Galerie RLBQ, Marseille.
LA VITRINE A L’ESCABEAU, projection sur vitrine, la galerie du tableauQ, Marseille.

    Expositions collectives

    2014
FESTIVAL INTERNATIONAL D’ART VIDEO, Casablanca.
2013
LES ARTISTES DE L’IMMEUBLE, American Gallery, Marseille
50 ANS D’ART VIDEO, Les Instants vidéo, La friche Belle de Mai, Marseille.
MATIERE STAND ART, Galerie Saint-Laurent, Marseille. -
TRAIN AU CINEMA, l’Eden théâtre, La Ciotat.
50 ANS D’ART VIDEO, L’Intistut français, Tokyo. -
LES RENDEZ-VOUS AUX DAVIDS, Sculpture en espace public. Projet Mairie du 6/8 arr. de Marseille et MP13.
2012
D’ABORD LA FORET…/Opus 3, Maison Laurentine, Aubepierre-sur-Aube. -
LES INSTANTS VIDEO, Marseille.
2011
CHRISTMAS ART FAIR, HLM, Marseille. -
LLPL, Barnave. – EN DESSOUS DU VISIBLE, Galerie Fin Avril, Paris.
2010
À VENDRE, Château de Servières, Marseille. -
TRAVAUX D’ÉTÉ, Galerie du Tableau, Marseille. -
MINUTE(S) VIDEO, Paris.
AVATARS, Les Saisons Vidéo, Lille.
2009
SUPERVUES, Hôtel Burrhus, Vaison la Romaine.
SUPERFLOU, Galerie Roger Tator, Fête de la lumière, Lyon.
SLASH, Galerie du Tableau, Marseille.
MACHINATION, Vidéochroniques, Marseille.
ART PROTECTS, Galerie Yvon Lambert, Paris.
POL/A, Galerie Nivet-Carzon, Paris.
PAR LE VIDE, Maison de l’Architecture et de la Ville PACA, Marseille.
LES INSTANTS VIDEO, Ecole supérieure des Arts décoratifs, Strasbourg.
2008
VOTRE PRIX SERA LE NOTRE, Galerie des Bains Douches, Marseille.
AMOUR RECIPROQUE/GEGENLIEBE, Galerie des Beaux-Arts, Marseille.
NOCES D’OR, Galerie FRISE, Hambourg.
NO DESIGN, avec Jeff Koons, Alain Bublex, Claude Closky, Marc Etienne…, Galerie de Multiples, Paris.
ÉCHELLE HUMAINE, MLIS, Villeurbanne.
CARTE GRISE, Galerie Art-Cade, Marseille.
2007
MARSEILLE ARTITES ASSOCIES, avec Vidéochroniques, MAC, Marseille. -
GALERIE DE MULTIPLES, Show Room Boris Achour/Sophie Urbani, Paris. -
Edition DVD “Marseille/Europe : les déplacements de l’art numériques”.
LES INSTANTS VIDEO, Martigues.
LE PRINTEMPS DE SEPTEMBRE, Toulouse.
TRAFFC’ART, Séquence, Québec.
2006
BAG AND BAGGAGE, Galerie des Beaux-Arts, Marseille.
DERIVES EN TOUS GENRES, Lavoir Moderne Parisien, Paris.
2005
LES YEUX, LA NUIT, programmation Vidéochroniques, Nancy.
MAI DE L’ART, festival, Saint-Raphaël.
KINOLEON, festival, Paris.
F.I.A.V, festival, Milan.
2004
EMERGENCES – LA VILLETTE NUMERIQUE, festival, Paris.
BUY-SELLF, catalogue, Bordeaux.

    SITES & MAILS DES ARTISTES PRÉSENTÉ-E-S

    Daniel CLAPP – thedanielclapp@gmail.com (pas de site)
    Julien LEVY – jltoutcourt@orange.fr (pas de site)
    Patrick LOMBE – patricklombee@yahoo.fr (pas de site)
    Ingrid MOURREAU-KELLEMAN – ingrid.m.k@gmail.com – http://www.slowgalerie.com/fr/home/793-ingrid-mourreau-kelleman-artiste.html – https://www.behance.net/ingridmkelleman
    Noël RAVAUD – ravaudnoel@wanadoo.fr – http://documentsdartistes.org/artistes/ravaud/page1.html
    Véronique RIZZO – veroniquerizzo10@gmail.com – http://documentsdartistes.org/artistes/rizzo/page1.html
    Sylvain SORGATO – sylvain.sorgato@club-internet.fr – https://www.facebook.com/pages/les-dessins-de-Sylvain/42706878076?sk=photos_stream&ref=page_internal
    Sofi URBANI – sofiurbani@gmail.com – http://sophieurbani.net/

    ***********

    Prestations de l’Association OÙ

    EXPOSITIONS, ÉDITIONS, WORKSHOPS, CONCERTS, PERFORMANCES, LECTURES, CONFÉRENCES, SPECTACLE VIVANT, DANSE, PROJECTIONS, CONVERSATIONS, DÉAMBULATIONS URBAINES, DESIGN, ARTS DE LA RUE, ETC…

    Contact :

    OÙ bureau – Permanence 152 rue Paradis 13006 Marseille, tous les jours sur rdv
    T : 06 98 89 03 26
    F : 04.91.81.64.34
    M : [ounousecrire@club-internet.fr]
    W : [http://www.ou-marseille.com/] ; [http://www.cnap.fr/ou-lieu-dexposition-pour-lart-actuel] ; [http://www.marseilleexpos.com/?page_id=3068]

    OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel – 58 rue Jean de Bernardy 13001 Marseille. Horaires et jours d’ouverture jeudi-samedi _ 16h-19h, et plus selon les événements in situ. Espace d’expérimentation et d’exposition, de résidence atelier/logement.

    OÙ Galerie Paradis – 7ème étg 152 rue Paradis 13006 Marseille. Ouvert tous les jours même le dimanche. Passez directement, sonnez à Association OÙ 1er étg, ou téléphonez au 06 98 89 03 26. Galerie privée non subventionnée.

    OÙ et L’Aventure – Place des Cèdres 58 bis Boulevard Bouge 13013 Marseille Malpassé. Œuvres éphémères dans l’espace public, visibles 24/24, 7/7. Exposition dans l’espace public. M°Malpassé.

    OÙ résidences d’artistes :
    OÙ résidence Atlantique – 37 rue de la Semie 40130 Capbreton.
    OÙ résidence Méditerranée – 58 rue Jean de Bernardy 13001 Marseille.
    Espaces d’expérimentation, de résidence atelier/logement.

    OÙ en tournée – Hotel Burrhus Supervues Vaison la Romaine (84), HLM (13), Galerie du 5ème Marseille (13), etc …

    ***********

    Axelle Régine GALTIER

    Présidente et responsable de la programmation artistique des espaces d’exposition
    [<http://www.facebook.com/axelle.galtier?ref=tn_tnmn>]

    Présidente et membre coresponsable des projets de l’association Perspective Trouble
    [<http://www.verif.com/societe/ASSOCIATION-PERSPECTIVE-TROUBLE-794538447/>]

    Trésorière et membre coresponsable des projets du réseau associatif Marseille expos [<http://www.marseilleexpos.com/>]

    Présidente et membre actif de Take Off Production – Association des Arts du spectacle vivant
    [<http://www.manageo.fr/fiche_info/508670429/36/take-off-production.html>]

    ***********

    Plus d’informations

    association loi 1901, expérimente trois espaces d’exposition à Marseille – OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel dans le 1er arrd, OÙ et L’Aventure dans le 13ème et OÙ Galerie Paradis dans le 6ème – et deux lieux de Résidences d’artistes à Marseille et Capbreton.

    Depuis le 1er mai 2000 l’association donne à voir le premier projet OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel dans le quartier Palais Longchamp – la Friche 13001 – “Ceci n’est pas une galerie – Leslie Compan - Le lieu d’exposition de la rue Jean de Bernardy, semble paradoxalement se situer dans un territoire indéterminé qui serait peut-être celui de l’art contemporain. Aménageant les possibles, OÙ est un territoire où se déterminent simultanément les espaces de création et des temps de regards. Mais la quête d’une quatrième dimension, d’un espace-temps nouveau n’a rien de fictionnel. Ancré dans les réalités économiques et laborieuses de la création et de l’exposition, le lieu travaille à exploiter les contraintes. Renversant alors l’énoncé, OÙ interpelle : jusqu’où ces réalités peuvent-elles mener ? Lieu où les expositions se succèdent à un rythme effréné depuis l’an 2000, OÙ accroche et décroche des expositions individuelles ou collectives présentées pendant quatre semaines. Entre deux expositions ne s’écoule généralement pas plus d’un week-end. Mais ceci n’est pas non plus une machine : ce qui motive ce rythme relève davantage de la volonté de refléter le bouillonnement créateur des artistes, la dimension active de leur travail en tant que réalité trop souvent oubliée. OÙ est avant tout LE lieu où l’on produit pour expérimenter, pour engager une quête artistique parfois inattendue. Les expositions présentées provoquent avant tout la rencontre entre les productions formellement différentes et un large public. Sans titre, sans thématique qui orienterait la lecture du spectateur et surtout sans opposition, ce choix tient du démantèlement des systématismes généralement exploités par les commissaires d’exposition. Ici, les travaux artistiques sont présentés pour ce qu’ils sont et pour un potentiel qu’ils ne soupçonnent pas eux-mêmes. Subtilement poussés à dépasser leur démarche respective, les artistes présentent ainsi des oeuvres dévoilées dans leur simplicité et valorisées dans une force singulière. Pourtant, la cohérence et l’unité nous touchent ici au plus profond et de manière si naturelle que la formulation même de leur explication est difficile. Et c’est sans doute là que se situe l’abolition même des automatismes thématiques ou visuels du commun des expositions. Les accrochages sont envisagés contre la facilité et le conventionnalisme, tout en rendant naturellement sensible le travail même de celle ou celui qui l’a pensé.”

    En 2013, le 11 mai, l’association développe le deuxième projet OÙ et L’Aventure 58 bis Boulevard Bouge dans le quartier Malpassé 13013 Marseille. Espace de diffusion artistique s’inscrivant dans l’espace public avec des expositions et des déambulations urbaines. Un rendez-vous qui mêle les arts de la rue et arts plastiques, est donné. Cet engagement est un moteur de régénération urbaine, musée à ciel ouvert en plein coeur des quartiers Malpassé 13ème jusqu’à Palais Longchamp – la Friche 1er. De quoi faire éclater le carcan des disciplines artistiques (ici, on n’imagine de formes que collaboratives, qui se fichent d’appartenir à un quelconque champ de la culture). Au commencement de cette propagation artistique, le point « OÙ et L’Aventure » à Malpassé 13013 Marseille, un volume de ciment, reste d’une oeuvre de Richard Baquié, l’Aventure, désormais détruite par manque d’entretien. Une dialectique le lie au terminus « OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel » 13001 Marseille. Effectivement, tandis qu’à Malpassé l’espace et les murs extérieurs sont investis des interventions des artistes, le lieu d’exposition OÙ offre la visite d’une exposition dans l’espace et les murs intérieurs. Ces « murs » deviennent un creuset de « situations » et espace d’hospitalité. Les artistes participant aux projets invitent le visiteur à dialoguer, à inventer, à se déplacer, à produire, à tester.

    Et c’est en novembre 2014 que l’association inaugure un troisième espace d’exposition OÙ Galerie Paradis. Le lieu est mis à disposition d’un commissaire artiste pour une durée de deux ans, qui lui ré-attribue un nom, un fonctionnement et une programmation spécifique de son choix. La galerie de 5,5m2, située 152 rue Paradis 6ème arrondissement dans le quartier chic de Marseille, avec une vue incroyable, est un espace intime et personnel dominant la ville, autre fois chambre de bonne. Cela veut dire qu’on ne peut pas tout montrer, cela veut dire qu’on optimise un lieu avec toutes les choses que l’on a apprises et expérimentées pour donner un sens certain, tout au moins voulu, ardemment souhaité, à des oeuvres qui n’auraient peut-être jamais été vues dans d’autres circonstances.

    Partenaires : www.fidmarseille.org / www.esba-lemans.fr / www.actoral.org /

    L’Association OÙ est soutenu par le Département 13, la Région PACA, la Ville de Marseille et les membres de l’Association OÙ. Partenaires des expositions : QUOTIDIEN DE L’ART et Paris-ART. L’Association OÙ est membre du réseau MARSEILLE EXPOS.

    ***********

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page