MENU

  • Achille Chiappe
  • Trois films
  • Projection de 3 films d’ Achille CHIAPPE.

    ” Vidéomatons “.1987 série de 31 portraits de plasticiens marseillais (45mn)
    ” Le Pen est-il français ? “.1992 le poète Jacques Roubaud dit son texte (3mn)
    ” Etant donné, Richard Baquié “. 1998 (34mn)

    Vidéomatons

    Série de 31 portraits de plasticiens vivant et travaillant à Marseille.

    Règle du jeu :

    – 1 mn par artiste,
    – Plan fixe,
    – Gros plan ou plan moyen,
    – Fond bleu d’avant la nuit,
    – Une seule prise,
    – Montage au tournage.

    Liste des artistes :

    Richard Baquié, Guy-André Lagesse, Geneviève Escudier, Jean-Louis Delbès, Guy Ibanez, Patrick Michault, Pierre Chanoine, Marie Ducaté, Judith Bartolani, Bruno Perramant, Gérard Traquandi, Noury Lekhal, François Mezzapelle, Gilbert (et son fils Sandro) Della-Noce, Piotr Klémensiewicz, Sylvie Réno, Jean-Claude Rugirello, Gérard Fabre, Georges Autard, Bernard Boyer, Laurent Galland, Dominique Cerf, Pascal Simonet, Gérard Giachi, Marie-Claire Pujol, Françoise Grassiot, Frédéric Clavère, Serge Navetat, Pierre Archita, Guy Limone , Françoise Goria.

    Après avoir quitté les Beaux-Arts de Marseille Luminy, j’ai voulu garder trace des amis que j’y  avais. Je pensais ne filmer qu’une dizaine d’artistes de ma génération. Trente et un sont venus et ont été filmés dans mon séjour, ma chambre faisant office de salle d’attente !
    Ce qui m’intéressait, outre l’aspect brut et photographique de la série, c’était de voir comment des plasticiens ­appréhendaient le temps de leur représentation (1mn, une seule prise) et l’espace qui leur était proposé, entre la caméra et eux-mêmes.
    Achille Chiappe

    Fiche technique :

    Réalisation : Achille Chiappe
    Image & son: Michel De Caro

    Fiche technique :

    Titre : Vidéomatons
    Genre : Documentaire
    Production : Artémis
    Année de Production : 1987
    Durée : 45 mn
    Lieu de tournage : Marseille
    Format de tournage : VHS
    Diffusions : INA (Marseille, juillet 1987), Ecole des Beaux-Arts et d’Architecture de Luminy (Marseille, 2004), Le Polygone étoilé (Marseille, mars 2002 & juin 2012).
    Acquis par le musée d’histoire de Marseille.

    Le Pen est-il français ?

    En deux plans et trois mouvements, nous avons filmé, en 1992 à Marseille, le poète Jacques Roubaud disant son texte :

    “Si Le Pen était français, selon la définition de Le Pen, ce voudrait dire que selon la définition de Le Pen, la mère de Le Pen et le père de Le Pen auraient été eux-mêmes français, selon la définition de Le Pen. Ce qui signifierait que, selon la définition de Le pen, la mère de Le Pen, ainsi que le père de la mère de Le Pen ainsi que la mère du père de Le Pen, sans oublier que le père du père de Le Pen auraient été, selon la définition de Le Pen, français. Et par conséquent, la mère de la mère de Le Pen, ainsi que celle du père de la mère de le Pen auraient été français, selon la définition de Le Pen. Et de la même manière et pour la même raison, le père de la mère de la mère de Le Pen, ainsi que celui du père de la mère de Le Pen ainsi que celui de la mère du père de Le Pen, et que celui du père du père de Le Pen auraient été français, toujours selon la même définition, celle de Le Pen. D’où on déduira sans peine et sans l’aide de Le Pen en poursuivant le raisonnement : ou bien qu’il y a une infinité de Français qui sont nés français selon la définition de Le Pen, ont vécu et sont morts français selon la définition de Le Pen depuis l’aube du commencement des temps. Ou bien, que Le Pen n’est pas français, selon la définition de Le Pen”.

    Fiche technique :

    Réalisation : Achille Chiappe
    Image : Pierre Ducrocq
    Son : Laurent Lafran
    Montage : Achille Chiappe, Jacques Lombard

    Fiche technique :

    Titre : Le Pen est-il français ?
    Genre : Documentaire
    Production : Artémis
    Année de Production : 1992
    Durée : 2 mn 30
    Format de tournage : Vidéo Bétacam SP
    Lieu de tournage : Marseille
    Diffusions : I.ME.RE.C (Institut Méditerranéen de recherche et de création) : Vidéochroniques  « autour de Jean Ballard » (Marseille, octobre 1993), Le Polygone étoilé, (Marseille, mars 2002).

    Etant donné, Richard Baquié

    Richard Baquié était artiste comme on respire. Etudiant à 26 ans à l’école des beaux-arts de Marseille –Luminy, il y noue des amitiés et des complicités qui dureront toute sa vie.
    A partir de 1980, d’abord à Marseille puis partout (Fondation Cartier, centre Georges Pompidou, Guggenheim Museum, Tokyo, Bruxelles, Istambul), il entreprend de démontrer, à l’instar de Lévi-Strauss, que le bricolage est l’essence même de la culture.
    Artiste pressé, des carcasses de voitures, de trains, d’avions, lui serviront à traverser de part en part les années quatre-vingt.
    Les mots, travaillés comme des objets, nourrissent aussi bien sa vision de sculpteur que sa pensée intime. La plus humble des choses, la plus humble des phrases peuvent résonner longuement dans ses installations.
    On pourrait avancer que c’est ainsi qu’il a redéfini la sculpture.
    Il était né le 1er mai 1952 à Marseille, il y est mort le 17 janvier 1996, à 44 ans.
    François Bazzoli

    Richard Baquié est un sculpteur classique, c’est-à-dire qui a de la classe.
    Achille Chiappe

    Ce film-poème d’Achille Chiappe est un hommage à son ami Richard Baquié, sculpteur marseillais décédé en 1996.
    Outre son œuvre, l’artiste a laissé de multiples traces : dessins, croquis, écrits, cartes postales… Mais aussi le son de sa voix et son image en photos, vidéo ou super 8.
    C’est à partir de ces éléments, officiels ou intimes que le réalisateur compose en 1998 ce documentaire de 34 minutes produit par Artémis.
    Au fil du temps, expositions personnelles et collectives ont permis d’affirmer le rang de Baquié sur la scène artistique ­nationale et internationale. C’est ainsi que ses œuvres ont rejoint les meilleures collections privées et publiques.

    Fiche technique :

    Réalisation : Achille Chiappe
    Image : Michel Dunan
    Montage : Georges Pons, Achille Chiappe
    Musiques : Blurt, S.Gainsbourg, J. Hendrix, T. Dallara

    Fiche technique :

    Titre : Etant donné, Richard Baquié
    Genre : Documentaire
    Production : Artémis
    Année de Production : 1998
    Durée : 34 mn
    Format de tournage : Vidéo Hi8
    Diffusions : Atelier I.A.L./Joliette (Marseille, juin 98), Arte/Métropolis (extraits, Sept.98), M.A.C Marseille (Sept.98), Centre Beaubourg (Paris, Sept.98). Sélections : Festival International du Film d’Art (Montréal, Mars 99), Festival Vues sur les Docs (Marseille Juin 99), Festival International du Film d’Art d’Athènes (Déc. 99), Festival de Turin (Oct. 2000), Le Polygone étoilé (Marseille, mars 2002), Alcazar (Marseille, juin 2010)…

    ELEMENTS BIOGRAPHIQUES D’ACHILLE CHIAPPE

    Achille Chiappe est né Marseille le 7 mai 1957*.

    Dès son enfance, il respire l’essence de térébenthine qui émane des toiles de son père artiste peintre. Père qui, en 1970, achète une caméra super 8 Bauer pour filmer ses 4 fils footballeurs. A 13 ans Achille s’empare de cet instrument magique et réalise ses premiers courts-métrages en pixilation mettant en scène, dans sa chambre, de petits personnages alors offerts par les stations service.

    Il s’essaye ensuite à la peinture et à la musique. Conscient que c’est ce qu’il ne fera pas de mieux, il se met à faire des photos. Il ne cessera d’en faire.

    Après des études à l’école d’architecture puis des Beaux-Arts de Marseille Luminy, il est programmateur au cinéma d’art et d’essai Le Breteuil à Marseille et photographe de plateau des premiers films de Robert Guédiguian. Il ­découvre ainsi, avec fascination, la fabrication d’un film.

    Il fonde, en 1987, avec un groupe d’amis (Jacques Lombard, Aïcha Farah, Michel De Caro, Jean-Pierre Chiappe, Philippe De Matteïs et Gilbert Jean), l’association Artémis qui deviendra sa principale structure de production.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page