MENU

  • Clément THIRY, CLERC Tanguy, SCHUITEN Chloé & BOUTE Antoine
  • OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel
  • Tanguy CLERC, Antoine BOUTE, Clément THIRY & Chloé SCHUITEN

    Exposition du 01 octobre au 14 octobre 2017
    Vernissage, Concert & Performance dimanche 01 octobre à 18h

    OÙ Résidence Méditerranée Tanguy CLERC, Antoine BOUTE, Clément THIRY & Chloé SCHUITEN – artistes en résidence du 16 septembre au 28 octobre 2017
    Présentation du travail du 16.09 au 28.10 – sur rdv tous les jours même le dimanche.
    Contacts :
    Tanguy Clerc t: / mail: tclerc@esba-lemans.fr
    Antoine Boute t: / mail: antoineboute@gmail.com

    Partenariat avec ActOral et avec Didier Larnac Directeur Site le Mans Directeur Adjoint EPCC Ecole supérieure des beaux-arts Tours Angers Le Mans

    http://www.actoral.org/

    OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel
    58 rue Jean de Bernardy 13001 Marseille
    Horaires et jours d’ouverture jeudi-samedi _ 16h-19h sur rdv, et plus selon les événements in situ – T.:06 98 89 03 26
    Espace d’expérimentation et d’exposition, de résidence atelier/logement

    L’Association OÙ est soutenu par le Département 13, la Région PACA, la Ville de Marseille et les membres de l’Association OÙ.
    Partenaires des expositions : QUOTIDIEN DE L’ART, 8ème Art et Paris-ART.
    L’Association OÙ est membre du réseau MARSEILLE EXPOS.
    Les Actions de l’Association OÙ reçoivent le soutien de mécènes privés.

    ***********

    TEXTES ET CV DES ARTISTES

    Tanguy CLERC

    Né en 1993,
    Tanguy Clerc est diplômé de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts du Mans. Il a, tout au long de son parcours, développé un intérêt particulier pour la relation entre le son et la création plastique (projets vidéos, installations, performances, pièces acousmatiques, projet d’interaction). Sa rencontre avec Zimoun fut déterminante dans l’orientation de son travail. Ainsi, dès ses premières productions plastiques, il fait appel au son, le confrontant à l’image, le manipulant électroniquement ou acoustiquement. Les pièces qu’il réalise sont très souvent des installations traitant de la question du sonore dans les arts visuels. Son travail se rattache ainsi fortement aux arts cinématographiques, vidéographiques et musicaux.

    Tanguy Clerc est lauréat de l’édition 2014 du concours nouvOson, où il a remporté le Prix France Culture.

    D’autres créations sonores du lauréat sur l’espace soundcloud de Tanguy Clerc

    Texte issu du projet de diplôme en 2016
    Ce projet consiste à rendre sonore une vidéo muette via des objets acoustiques disposés directement dans l’espace de projection. Ces machines sonores constituent, comme un orchestre, la bande son du film.
    Chacun des plans vidéo est ainsi sonorisé à la manière des bruiteurs, mais le bruitage est ici automatisé : une fois activée, l’ins- tallation ne nécessite plus d’intervention humaine, elle se trouve ainsi au croisement des mondes cinématographique, sonore et sculptural.
    Les images projetées sont des plans plus ou moins figuratifs filmés dans des lieux de productions industrielles : l’imprimerie Firmin Didot et l’imprimerie Soregraph.

    Si le projet tente de rendre concret et de matérialiser la bande son d’une vidéo, il est aussi question de mise en relation par le son de différents éléments spatialement et temporellement autres. C’ est une tentative de renversement de situation qui est proposée ici : d’une image sonore acousmatique qu’on peut écouter habituellement au cinéma, on passe ici à une réalité acoustique répondant à des images fictives tirées d’une réalité industrielle.
    Les plans vidéos sont bouclés et générés par l’ ordinateur de manière aléatoire : les boucles se succèdent ainsi toujours dans un ordre différent. L’ enchaînement aléatoire est accompagné d’une durée variable de chacune des boucles, aléatoire elle aussi (entre 7 et 30 secondes). Chaque vidéo est analysée en temps réel pour contrôler par voie électronique le comportement des moteurs à l’origine des sons émanant des machines acoustiques.

    contact
    tclerc@esba-lemans.fr

    https://vimeo.com/tanguyclerc

    FESTIVAL ECOUTE VOIR : EXPOSITION TANGUY CLERC
    Du 10 au 27 janvier 2017
    Esbat’alm site Mame
    <https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https%3A%2F%2Fpetitfaucheux.fr%2Fevenements%2Ffestival-ecoute-voir-exposition-tanguy-clerc%2F>
    Le Petit faucheux est situé en plein centre de la ville de Tours, quartier des halles, à l’angle de la rue de Clocheville et de la rue Léonard de Vinci.
    Coordonnées
Le Petit faucheux
12 rue Léonard de Vinci – 37000 Tours
Standard : 02 47 38 29 34
Accueil-billetterie : 02 47 38 67 62
www.petitfaucheux.fr
www.facebook.com/petitfaucheux

    Tweeter <https://twitter.com/intent/tweet?url=https%3A%2F%2Fpetitfaucheux.fr%2Fevenements%2Ffestival-ecoute-voir-exposition-tanguy-clerc%2F>
    Tanguy Clerc est diplômé de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts du Mans. Il a, tout au long de son parcours, développé un intérêt particulier pour la relation entre le son et la création plastique (projets vidéos, installations, performances, pièces acousmatiques, projet d’interaction). Sa rencontre avec Zimoun fut déterminante dans l’orientation de son travail. Ainsi, dès ses premières productions plastiques, il fait appel au son, le confrontant à l’image, le manipulant électroniquement ou acoustiquement. Les pièces qu’il réalise sont très souvent des installations traitant de la question du sonore dans les arts visuels. Son travail se rattache ainsi fortement aux arts cinématographiques, vidéographiques et musicaux. Tanguy Clerc est lauréat de l’édition 2014 du concours nouvOson, où il a remporté le Prix France Culture.

    BONIMENTS
    FICTIONS
    Regardez Sur les traces du Bronteion, ESBAM 02/06/2016 sur Vimeo

    Pour écouter les machines sonores rendez-vous sur la page soundcloud : soundcloud.com/tanguyclerc
    Tanguy Clerc contact : tclerc@esba-lemans.fr

    OÙ

    Antoine BOUTE, Clément THIRY & Chloé SCHUITEN

    Ils présenteront Horoscope Biohardcore,

    La face du monde ne nous plaît pas, le monde contemporain dans sa face tangible ne ressemble plus du tout assez à une forêt, ce qui est triste car nous croyons au paradigme de la forêt, nous croyons à un retour du monde sur lui-même, comme une sorte de vague, une vague dont le pitch est la forêt, l’intensivité chimique et électrique de la forêt.
    (A. Boute)

    BORDEL EXPERIMENTAL REVOLUTIONNAIRE BIOHARDCORE
    Depuis que nous avons découvert que nous sommes frères et sœurs nous ne pratiquons plus l’inceste mais nous adonnons plutôt à la révolution prostitutionnelle biohardcore. Nous sommes à l’origine d’un petit peuple expérimental d’activistes sauvages anarcho-autonomes qui se disent prostitués par Dame Nature, notre maquerelle, que nous sommes décidés à défendre des attaques prétentieuses du genre humain. Notre technique révolutionnaire consiste à propager dans les bordels un ensauvagement érotique viral. Nos clients perdent toute tenue, civilité, bienséance pour entrer dans une extase libidinale qui ne se calme qu’en allant vivre dans des trous en forêt.

    Clément Thiry chante, dessine et réalise des installations tout en effectuant des marches citadines nocturnes afin de collectionner les espaces sous-éclairés de la ville. Ensuite, il construit des nids dans lesquels il expérimente le sommeil pour repenser notre quotidien. Il vogue ainsi du rôle d’architecte précaire à celui d’endormeur. Il construit en tissant et mêlant matériaux organique et industriel. Il utilise ce qu’il trouve lors de ses errances, la marche fait partie intégrante de sa pratique. Ses constructions fragiles se conçoivent par addition, empreinte et nouage. Ce qui ne tient pas est consolidé plutôt que refait. Il fait également partie du collectif de théâtre d’objet Boîte à clous et du groupe de punk pour enfants, Gyrophare.

    Chloé Schuiten

    http://chloeschuiten.blogspot.fr/

    https://vimeo.com/user25206636

    http://berbh.blogspot.fr/

    http://www.poesie-frappa.com/portfolio/extraits-de-la-serie-papier-machine-antoine-boute-texte-chloe-schuiten-dessin/

    Chloé Schuiten est dessinatrice, styliste dévoyée, performeuse et organisatrice d’événements expérimentaux. Son travail traite avec intensité, conviction et délicatesse de l’ensauvagement et des rapports entre hommes et animaux. Elle a participé à une exposition collective à Bozar en 2012 et au Jacques Franck en 2013, a publié sa bande dessinée Peaux Creuses aux éditions Bichel en 2014, a participé aux revues Frappa (Paris), Papier Machine (Bruxelles), a organisé un carnaval digérant le monde contemporain dans la forêt de Soignes et a exposé au Maga, aux Ateliers Claus où elle a aussi réalisé des performances comme au Poëziebordeel (hôtel Berger) et au centre Pompidou à Paris en 2015

    Antoine Boute

    http://antoineboute.blogspot.fr/

    antoineboute@gmail.com
    né à Bruxelles en 1978.

    Antoine Boute travaille à faire se chevaucher poésie (écrite, sonore, graphique), philosophie, performance et musique expérimentales…Explorant les impacts entre corps, langue et voix selon divers supports et moyens : romans, textes poétiques, essais, performances sonores, conférences, poésie graphique, films, performances sur internet, écriture collective avec ses enfants, organisation d’un festival dans la forêt, édition d’une gazette, collaboration avec des musiciens, poètes, dessinateurs, enfants, SDF et élèves.

    “Sous ses airs faussement foutraques, son travail est en fait une partie fine de gai savoir, où l’expérimental, à la fois magnifié et moqué, connaît des développements inattendus, où la mécanique du loufoque vient doubler une autre mécanique, qu’on osera qualifier de schizo-analytique”3 écrit Christophe Claro.

    Il Programme les soirées BRUL aux Ateliers Claus à Bruxelles. S’occupe de l’Armée Noire avec entre autres Charles Pennequin. A fondé le trio Perte Totale avec Mauro Pawlowski & JP De Gheest. Il est l’auteur d’une dizaine de livres publiés en France, Belgique et Canada dont Cavales (Mix),  Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat (publie.net), Brrr! Polars expérimentaux (Voix) et Tout Public (Les Petits Matins). Il fait des performances un peu partout en Belgique, France et Pays-Bas. Il programme le cycle de soirées BRUL aux Ateliers Claus à Bruxelles et organise Boslawaai, festival biohardcore dans la forêt de Soignes.

    livres

    ▪ Terrasses, éditions Mix, Paris, 2004 ;
    ▪ Blanche, éditions Mix, Paris, 2004 ;
    ▪ Cavales, éditions Mix, Paris, 2005 ;
    ▪ Retirez la sonde, éditions de l’Ane qui butine, Lille-Mouscron, 2007 ;
    ▪ Technique de pointe (tirez à vue), Le Quartanier, Montréal, 2007.
    ▪ Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat, éditions publie.net, 2008.
    ▪ Neuf polars de saison, éditions publie.net, 2008.
    ▪ “Blanche Rouge”, éditions de l’Arbre à Paroles, Amay, 2009.
    ▪ “Brrr! Polars expérimentaux”, éditions Voix, Elne, 2010.
    ▪ “Post crevette”, éditions de l’Ane qui butine, Lille-Mouscron, 2010.
    ▪ “Emissions”, éditions Voix, Elne, 2010.
    ▪ “Tout Public”, les Petits Matins, Paris, 2011.
    ▪ Critiques:
    ▪ Tout public d’Antoine Boute par Éric Houser
    ▪ «Tu l’as lu, le livre de Boute ? Pas très (a)bouti non ? Ses historiettes, il se les raconte au dictaphone ou quoi ; c’est l’impro totale tu ne trouves pas ? (Qu’est-ce que tu en penses au fond ?)». À ces questions (malveillantes) qui n’en sont pas, dont m’assaille un double non-dupe et de triste humeur, je réponds : que je ne répondrai pas. Antoine Boute a écrit son livre, en effet, en mettant bout à bout des petites histoires, des historiettes du père Castor, mais ici ce n’est pas comme je l’ai lu quelque part «instant tendresse et moment câlin pour éloigner les peurs de la nuit». Quoique. Donc il y a des histoires, plus ou moins emboîtées, qui convergent vers (explosent dans) un banquet (bouquet) final qui doit assez peu au dialogue éponyme. Quoique. Ces histoires, elles me font penser de loin à la série Happy Tree Friends, des petits dessins animés qui commencent tout gentiment et se terminent toujours trash / gore (on peut les voir sur site). Boute, l’emboîtant, est porté je dirais par un enthousiasme oral, très communicatif (que l’on retrouve dans ses performances, mais c’est peut-être leur souvenir qui me fait le retrouver dans son texte). Et c’est cet enthousiasme, à mon avis, synonyme de rapidité, de course à l’objet évanescent du désir, de course trébuchante filant sans repentir, qui imprime au texte son côté «bouté» (de bouter, verbe du premier groupe qui signifie pousser – du côté d’un mouvement, d’une avance). Alors bien sûr, excuse-moi Antoine pour cette remarque teinté de culturalisme, nous Français (je dis nous, pas je) on adhère réticemment, comme du bout des lèvres, à une écriture qui…, à une écriture que…, bref à un art qui a l’air comme ça un peu art brut, mal dégrossi (un côté basse culture – le tout public revendiqué du titre -, «slam» si l’on veut). C’est qu’on l’aime, la contention du style, le frisé du stylet phrasant. Mais ce faisant, on perd il me semble quelque chose qui est comme la charge érotique de l’écriture, qui est ici pour reprendre la célèbre opposition barthésienne (dans Le plaisir du texte) plus du côté de la jouissance que du côté du plaisir, c’est-à-dire plus de la perte subjective que d’une fonction régulatrice. Et qui est au fond le motif du livre, sa recherche. C’est tout à fait explicite dans Le banquet, déjà cité. Il y a dans ce livre, c’est notable, quelque chose de la décharge orgasmique, et la métaphore qui me vient car elle court tout le long, c’est celle de l’éjaculation (il y a d’ailleurs une homophonie entre le jacuzzi, dont se formule la «théorie», en épilogue, et l’éjaculation) : les dessins pornolettristes qui émaillent et concluent le texte final peuvent être vus comme des éjaculations graphiques. C’est, ainsi, la poursuite acharnée d’une forme, jusqu’à la jouissance hors-sens, qui à l’égal d’autres textes modernes et contemporains (n’ai-je pas lu qu’Antoine Boute avait rédigé quelque chose sur Guyotat ?) anime le pro-jet de cette écriture. «Au fond, il y a la forme», disait Christian Dotremont dont j’imagine qu’avec AB ils se sont croisés dans la forêt de Tervuren (le premier y naquit, où le second réside). L’inventeur du logogramme et le thuriféraire du pornolettrisme, je les vois se faire signe à travers les arbres.

    Le commentaire de sitaudis.fr
    Tout Public d’Antoine Boute par Eric Clémens

    ***********

    OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences

    OÙ Contact & Adresse Postale du Bureau
    OÙ bureau – Permanence 152 rue Paradis 13006 Marseille, tous les jours sur rdv
    Axelle Régine GALTIER
    152 rue Paradis 13006 Marseille
    T : 06 98 89 03 26
    F : 04.91.81.64.34
    M : ounousecrire@club-internet.fr
    W : http://www.ou-marseille.com/

    http://www.cnap.fr/ou-lieu-dexposition-pour-lart-actuel

    http://www.marseilleexpos.com/?page_id=3068

    OÙ Lieux d’expositions
    OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel – 58 rue Jean de Bernardy 13001 Marseille.
    Horaires et jours d’ouverture jeudi-samedi _ 16h-19h, et plus selon les événements in situ.
    Espace d’expérimentation et d’exposition, de résidence atelier/logement.

    OÙ et L’Aventure – Place des Cèdres, 58 bis Boulevard Bouge, 13013 Marseille Malpassé.
    Œuvres éphémères dans l’espace public, visibles 24/24, 7/7.
    Exposition dans l’espace public.

    OÙ Galerie Paradis – 7ème étg 152 rue Paradis 13006 Marseille. Ouvert tous les jours même le dimanche. Passez directement, sonnez à Association OÙ 1er étg, ou téléphonez.
    Galerie privée non subventionnée.

    OÙ Résidences
    OÙ résidences d’artistes, commissaires d’exposition, critiques d’art, théoriciens de l’art, historiens de l’art
    OÙ résidence Atlantique – 37 rue de la Semie 40130 Capbreton.
    OÙ résidence Méditerranée – 58 rue Jean de Bernardy 13001 Marseille.
    Espaces d’expérimentation, de résidence atelier/logement.

    OÙ en tournée – Cabane Georgina, Hotel Burrhus Supervues Vaison la Romaine (84), HLM (13), Galerie du 5ème Marseille (13), etc …

    PRESTATIONS – EXPOSITIONS, ÉDITIONS, WORKSHOPS, CONCERTS, PERFORMANCES, LECTURES, CONFÉRENCES, SPECTACLE VIVANT, DANSE, PROJECTIONS, CONVERSATIONS, DÉAMBULATIONS URBAINES, DESIGN, ARTS DE LA RUE, ETC…

    OÙ association loi 1901, expérimente trois espaces d’exposition à Marseille – OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel dans le 1er arrd, OÙ et L’Aventure dans le 13ème et OÙ Galerie Paradis dans le 6ème – et deux lieux OÙ Résidences d’artistes, critiques d’art, commissaire d’expositions, à Marseille et Capbreton.

    Depuis le 1er mai 2000 l’association donne à voir le premier projet OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel dans le quartier Palais Longchamp – la Friche 13001 – “Ceci n’est pas une galerie” – Leslie Compan – Le lieu d’exposition de la rue Jean de Bernardy, semble paradoxalement se situer dans un territoire indéterminé qui serait peut-être celui de l’art contemporain. Aménageant les possibles, OÙ est un territoire où se déterminent simultanément les espaces de création et des temps de regards. Mais la quête d’une quatrième dimension, d’un espace-temps nouveau n’a rien de fictionnel. Ancré dans les réalités économiques et laborieuses de la création et de l’exposition, le lieu travaille à exploiter les contraintes. Renversant alors l’énoncé, OÙ interpelle : jusqu’où ces réalités peuvent-elles mener ? Lieu où les expositions se succèdent à un rythme effréné depuis l’an 2000, OÙ accroche et décroche des expositions individuelles ou collectives présentées pendant quatre semaines. Entre deux expositions ne s’écoule généralement pas plus d’un week-end. Mais ceci n’est pas non plus une machine : ce qui motive ce rythme relève davantage de la volonté de refléter le bouillonnement créateur des artistes, la dimension active de leur travail en tant que réalité trop souvent oubliée. OÙ est avant tout LE lieu où l’on produit pour expérimenter, pour engager une quête artistique parfois inattendue. Les expositions présentées provoquent avant tout la rencontre entre les productions formellement différentes et un large public. Sans titre, sans thématique qui orienterait la lecture du spectateur et surtout sans opposition, ce choix tient du démantèlement des systématismes généralement exploités par les commissaires d’exposition. Ici, les travaux artistiques sont présentés pour ce qu’ils sont et pour un potentiel qu’ils ne soupçonnent pas eux-mêmes. Subtilement poussés à dépasser leur démarche respective, les artistes présentent ainsi des oeuvres dévoilées dans leur simplicité et valorisées dans une force singulière. Pourtant, la cohérence et l’unité nous touchent ici au plus profond et de manière si naturelle que la formulation même de leur explication est difficile. Et c’est sans doute là que se situe l’abolition même des automatismes thématiques ou visuels du commun des expositions. Les accrochages sont envisagés contre la facilité et le conventionnalisme, tout en rendant naturellement sensible le travail même de celle ou celui qui l’a pensé.”

    En 2013, le 11 mai, l’association développe le deuxième projet OÙ et L’Aventure 58 bis Boulevard Bouge dans le quartier Malpassé 13013 Marseille. Espace de diffusion artistique s’inscrivant dans l’espace public avec des expositions et des déambulations urbaines. Un rendez-vous qui mêle les arts de la rue et arts plastiques, est donné. Cet engagement est un moteur de régénération urbaine, musée à ciel ouvert en plein coeur des quartiers Malpassé 13ème jusqu’à ceux du Palais Longchamp – la Friche 1er, et de Castellane – Prado 6ème. De quoi faire éclater le carcan des disciplines artistiques (ici, on n’imagine de formes que collaboratives, qui se fichent d’appartenir à un quelconque champ de la culture). Au commencement de cette propagation artistique, le point « OÙ et L’Aventure » à Malpassé 13013 Marseille, un volume de ciment, reste d’une oeuvre de Richard Baquié, l’Aventure, désormais détruite par manque d’entretien. Une dialectique le lie aux terminus « OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel » 13001 et « OÙ Galerie Paradis » 13006 Marseille. Effectivement, tandis qu’à Malpassé l’espace et les murs extérieurs sont investis des interventions des artistes, les lieux d’expositions OÙ offre la visite d’expositions dans l’espace et les murs intérieurs. Ces « murs » deviennent un creuset de « situations » et espace d’hospitalité. Les artistes participant aux projets invitent le visiteur à dialoguer, à inventer, à se déplacer, à produire, à tester.

    Et c’est en novembre 2014 que l’association inaugure un troisième espace d’exposition OÙ Galerie Paradis. Le lieu est mis à disposition d’un commissaire artiste pour une durée de deux ans, qui lui ré-attribue un nom, un fonctionnement et une programmation spécifique de son choix. La galerie de 5,5m2, située 152 rue Paradis 6ème arrondissement dans le quartier chic de Marseille, avec une vue incroyable, est un espace intime et personnel dominant la ville, autre fois chambre de bonne. Cela veut dire qu’on ne peut pas tout montrer, cela veut dire qu’on optimise un lieu avec toutes les choses que l’on a apprises et expérimentées pour donner un sens certain, tout au moins voulu, ardemment souhaité, à des oeuvres qui n’auraient peut-être jamais été vues dans d’autres circonstances.

    Partenaires : www.fidmarseille.org / www.esba-lemans.fr / www.actoral.org /

    ***********

    Axelle Régine GALTIER

    Responsable Générale de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences
    Programmatrice Artistique [<http://www.facebook.com/axelle.galtier?ref=tn_tnmn>]

    Membre actif du Comité d’Expert en charge des projets du réseau associatif Marseille expos [<http://www.marseilleexpos.com/>]

    Marion ALBERT
    Collaboratrice au Fonctionnement Général de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences

    Patrick LEFEBVRE
    Collaborateur à la Régie Générale de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences

    Erika NÉGREL
    Collaboratrice à la Rédaction Internet des Subventions

    Axelle Régine GALTIER
    Présidente de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences – Marseille & Capbreton

    Présidente et membre coresponsable des projets de l’association Perspective Trouble [<http://www.verif.com/societe/ASSOCIATION-PERSPECTIVE-TROUBLE-794538447/>]

    Présidente et membre actif de Take Off Production – Association des Arts du spectacle vivant [<http://www.manageo.fr/fiche_info/508670429/36/take-off-production.html>]

    Marie-Françoise DE GANTES
    Vice-présidente de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences

    Véronique DELORIEUX CONCORDEL
    Secrétaire de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences

    Caroline TOLLA
    Trésorière de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences

    ***********

    Axelle Régine GALTIER

    Art Advisor, Conseiller & Assistant d’artistes.

    Curateur de la programmation artistique des espaces d’expositions OÙ et Responsable c/o OÙ Lieux d’Expositions Résidences.

    Collaboratrice et Assistant d’artistes : Rodolphe Millot, Richard Baquié, Bernar Venet, Arnaud Vasseux, Rémy Muratore, Roland Roure…

    Commissaire artistique (liste des artistes sur www.oumarseille).

    Gestionnaire Patrimonial chez Pontet & Cº.

    [<http://www.facebook.com/axelle.galtier?ref=tn_tnmn>]

    ***********

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page