MENU

  • Cécile Menendez
  • Prémonition
  • Le travail de Cécile Menendez, inspiré d’événements survenus dans sa propre vie, nous ouvre les portes d’un univers mystérieux. Le temps y est suspendu, le récit flottant, entre prophétie et réalité.

    Un avertissement perturbant qui s’impose à la conscience, la sensation que quelque chose est annoncé. Une prémonition. La vision récurrente d’une très jeune enfant courant dans les dédales d’un labyrinthe sombre ou en équilibre sur les anneaux de Saturne, sont un cheminement aux confins du réel, avec la nostalgie de la douleur de l’avant, mais aussi la peur de l’après qui fait revenir en arrière.
    Le travail de Cécile Menendez, inspiré d’événements survenus dans sa propre vie, nous ouvre les portes d’un univers, mystérieux, onirique. Le temps y est suspendu, le récit est flottant, entre prophétie et réalité.

    “Le projet de Cécile Menendez traite de façon sensible et originelle un sujet difficile et rarement affronté, celui de la mort prénatale. Phénomène assez fréquent (la mort in utero touche 1 % des naissances chaque année) mais sujet tabou, peu traité en photographie avec une approche sensible et non descriptives. L’ensemble de ses images, entre autobiographie et fiction, journal et visions, exerce une sorte de magnétisme auquel il est difficile de rester indifférent.
    Sans connaître l’histoire, il émane des images une certaine nostalgie, une tristesse, un sens de solitude, sensations qui prennent avec Cécile Menendez des formes étranges et, surtout, sensations qui ne devraient pas accompagner des récits liés à l’enfance. Mais, justement, ses images traitent en même temps d’enfance et d’enfance niée.
    Silencieuse et mystérieuses elles racontent une histoire si difficile à dire, celle du deuil d’une femme qui au moment de donner la naissance, se retrouve, seule, sans l’enfant qui devait être là. Subitement, mais lentement, Cécile Menendez avec la photographie, pratique solitaire et silencieuse par excellence, a trouvé le moyen de partager sa douleur et un vécu qui souvent restent enfermés dans le silence et le déni.” Laura Serani et William Guidarini, commissaires de l’exposition.

    Bon à savoir
    – Signature du livre “Prémonition” le 29 septembre à 18h à l’occasion du vernissage de l’exposition.
    – Visite commentée de l’exposition par l’artiste et William Guidarini le 7 octobre à 16h.
    – IMeet : Une invitation du Garage Photographie à se retrouver à la Friche pour faire des photos via Instagram, suivie d’un moment convivial  au café-librairie de la Salle des Machines pour partager et échanger autour d’un verre le 7 octobre à 16h45.

    HORAIRES
    Du 30 septembre au 29 octobre
    lundi de 11h à 18h et du mardi au samedi de 11h à 19h et le dimanche à partir de 12h30
    Vernissage le 29 septembre à 18h

    TARIFS
    Gratuit

    LIEU
    galerie de la salle des Machines, rdc Tour-Panorama

    Une proposition du Garage Photographie

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page