MENU

  • Stéphane Berard
  • “Zéro Pression”…
  • VISUEL BERARD

    Tout d’abord bonjour,

    Je voulais vous écrire que l’œuvre n’est certainement pas aphone, les matériaux sont

    bavards, ils blaguent et nous crachent au museau.

    D’ailleurs, qui peut savoir comment fonctionnent des matériaux occupés en

    permanence à se dégrader, partageant leurs intensités banales et un peu extrêmes, quelle

    que soit la pâte à fromage, le scaphandre, ou un lot de chouchous à cheveux choisi.

    A quel producteur de formes se fier ?

    De cette intensité naît une étrange chaîne de divisions qui oscillent entre le subconscient

    et une éventuelle révélation. Le désir, toujours intact, de comprendre des apparences

    qui ont d’autres réalités physiques ne va pas sans un mot, telle occurrence —

    une humeur, jamais corrompue, avec laquelle je m’accorde au politique.

    Nous sommes tous d’eaux et d’éléments carbonés, compréhensibles parfois, vivant une

    vie flamboyante et précaire dédiée, et ne serions pas tous prêts à exister à travers

    l’exposition quand pourtant si.

    [entracte]

    Je vous renvoie à une pensée adressée à l’œuvre comme un organisme sans

    énigme, accroché à la vie tranquilou, une simple distraction, peu violente.

    [fin de l’entracte]

    Pensons à l’œuvre d’art comme à ces grandes mini-flaques d’eau que l’on appelle des

    gouttes, parfois calmes, parfois déchaînées, dans lesquelles nos nez en plus gros se

    reflètent.

    Si nous ne savons pas trop ce qu’est la vie, alors pourquoi un verre à sirop ou une Porsche

    Cayenne devraient-ils être à nos yeux plus surprenants, je veux dire à ce degré d’onctuosité

    des surgissements, des matériaux qui s’en écoulent en terme de dynamique des fluides

    dont sont faites nos plus élégantes métaphores, à nous faire éprouver un degré de flexibilité

    reconductible en tous domaines. La preuve !

    *certains des éléments cités me l’ont été par Grégory Buchert lors d’un bon souper,

    notamment le mot scaphandre.

    Stéphane Bérard


    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page