MENU

  • Charlie Jeffery, Frédéric Pradeau, Frédérique Loutz, Katharina Schmidt, Pierre-Laurent Caissière
  • Ricochets
  • Commissariat : Anna Dezeuze, Historienne et critique d’art, enseignante à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée.
    Un partenariat d’Art-Cade avec l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille- Méditerranée

    Avec de nouvelles productions de cinq artistes enseignant à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée : Pierre-Laurent Cassière, Charlie Jeffery, Frédérique Loutz, Frédéric Pradeau et Katharina Schmidt.
    Autour de l’oeuvre “Le Hibou” de César

    Ricochets

    Immobile, verticale, lourde, inerte : telles sont les caractéristiques que l’on associe traditionnellement à la sculpture. Cette exposition se propose de revisiter et d’interroger ces propriétés à travers un dispositif simple de relectures, inspiré par l’architecture de la galerie des Grands Bains Douches. Cinq artistes sont invités à répondre à une même sculpture du vingtième siècle. Leurs nouvelles pièces seront exposées dans les salles qui entourent cet espace central.

    Ce jeu de ricochets met ainsi en scène, d’une part, une série de dialogues avec la matérialité de l’objet sculpture et d’autres médiums tels que le dessin (Frédérique Loutz) ou l’assemblage et l’intervention in-situ (Frédéric Pradeau), le geste performatif (Charlie Jeffery), le son (Pierre-Laurent Cassière), ou la peinture (Katarina Schmidt). D’autre part, les trajectoires des rebonds à travers l’espace de la galerie évoquent la circulation d’interprétations, influences et résonances qui anime la transmission et la création – au sein d’un groupe d’artistes, et au fil de l’histoire de l’art, lorsqu’une génération relit et réinvente les pratiques de celles qui la précède.

    Les artistes de l’exposition partagent, tout comme la commissaire, une affiliation commune à l’Ecole des Beaux Arts de Marseille. César y a été étudiant, quelques décennies avant les cinq artistes et leur collègue qui y sont arrivés dans les cinq dernières années. Dans le cadre du Bureau des positions, un projet de recherche de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée, un groupe d’étudiants actuels se préparera à ajouter un dernier ricochet à cette histoire de la transmission et de l’enseignement : lors d’une performance à la galerie, ils inventeront à leur tour de nouvelles réponses aux œuvres exposées par leurs professeurs.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page