MENU

  • Clémence de Montgolfier, Fahmy Shahin, Pauline Zenk, Valérie Blass, Victor Yudaev
  • ATELIERS PORTES OUVERTES – TRIANGLE FRANCE & ASTÉRIDES
  • Les artistes en résidence de Triangle France et Astérides ouvrent les portes de leurs ateliers au public le temps d’une soirée.

    Jeudi 22 mars 2018
    18h — 21h
    2ème étage des Magasins
    Friche la Belle de Mai

    TRIANGLE FRANCE

    Valérie Blass, Pour Interpole, 2016

    Valérie Blass, Pour Interpole, 2016

    Valérie Blass :

    Les récentes propositions de Valérie Blass sont investies d’une double tension qui confronte les notions de visibilité et d’invisibilité ainsi que les limites entre volume et surface. Ses sculptures, dont les postures anthropomorphiques tendent à l’abstraction, procèdent de représentations volontairement instables : l’unité de l’œuvre est pensée de manière à s’échapper, à se transformer et se recomposer selon les positions et les déplacements du spectateur. La portée référentielle de la représentation est ainsi densifiée et la sculpture agit comme une entité plurielle.

    Valérie Blass est née en 1967 à Montréal, où elle vit et travaille. Des expositions individuelles de son œuvre lui ont été consacrées à la galerie Catriona Jeffries, à Vancouver (2015) ; à Artspeak, à Vancouver (2015) ; à la Daniel Faria Gallery, à Toronto (2015) ; à Parisian Laundry, à Montréal (2014) ; à la Illingworth Kerr Gallery, à Calgary (2013) ; au Musée d’art contemporain de Montréal (2012) ; à l’Art Gallery of Hamilton, à Hamilton, Ont. (2012) ; à The Hole, à New York (2013) ; et à la Galeri Manâ, à Istanbul (2013). Valérie Blass a reçu le Prix Ozias-Leduc de la Fondation Émile-Nelligan en 2016, le prix Victor Martyn Lynch-Staunton pour les arts visuels en 2012, et le Prix Louis-Comtois de la Ville de Montréal en 2010.

    BCC Channel, épisode 1, Amour, magie et diversion, The Big Conversation Space et Alexander Rhobs produit avec le149.net, 2015

    BCC Channel, épisode 1, Amour, magie et diversion, The Big Conversation Space et Alexander Rhobs produit avec le149.net, 2015

    Clémence de Montgolfier :

    Clémence de Montgolfier (née en 1987, vit et travaille à Paris) collabore sous le nom The Big Conversation Space (TBCS) avec l’artiste américaine Niki Korth (née en 1987, vit et travaille à San Francisco) depuis 2010. Ensemble et séparément, elles s’interrogent sur la circulation des discours à travers les technologies contemporaines de leur production et de leur reproduction et sur leur devenir incertain. Elles créent des évènements, des conversations, des performances, des publications, des jeux, des documents et des programmes vidéos ou plateformes médiatiques qui cherchent à créer et à interroger les relations entre les individus (artistes et publics compris), dans une conception interactionnelle de l’œuvre d’art. À la frontière de la médiation, de l’art et des médias, leur travail tente, par l’intermédiaire d’objets et d’outils de communication qu’elles réinterprètent ou qu’elles inventent, de créer des situations de conversation réelles ou figurées. Elles visent ainsi à questionner l’espace entre soi et l’autre, et de proposer des modes de cohabitation et d’entente, dans le contexte de l’histoire politique et technique des médias dont nous avons hérité.

    Clémence de Montgolfier est diplômée de l’École des beaux-arts d’Angers depuis 2011 et récemment titulaire d’un doctorat en sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris III obtenu en 2017. Elle est co-fondatrice, avec Hugo Brégeau, de la vitrine d’exposition Indice 50 à Paris. Avec Niki Korth, elles ont participé à de nombreuses expositions en France et à l’étranger dont récemment au CAC Brétigny, Brétigny-sur-Orges, à la Villa du Parc, Annemasse, au 8, Rue Saint-Bon, Paris, au Nouveau Festival Centre Pompidou, Paris, à Human Ressources, Los Angeles, États-Unis. Depuis 2015, elles ont été invitées par le149.net (Anna Hess et Sacha Béraud) à réaliser le projet de programmation vidéo en ligne BCC Channel en collaboration avec Alexander Rhobs.

    Fahmy Shahin, Journey in the land where time rests, 2017

    Fahmy Shahin, Journey in the land where time rests, 2017

    Fahmy Shahin :

    Fahmy Shahin est né en 1983 au Caire (Egypte) où il fit des études en textile à la Helwan University’s Faculty of Applied Arts. Il vit et travaille aujourd’hui à Amsterdam (Pays-Bas). Il est diplômé de l’Académie Royal d’Art de La Haye où il fut lauréat du Prix du département Interactive/Media/Design et une mention honorable à l’occasion du Stroom Encouragement Award  pour son projet Plastic/Ocean/Desert/Sky. Projet qu’il a eu l’occasion de présenter au Petra Art Center (Amsterdam) en 2016. Son dernier projet Journey In The Land Where Time Rests a été exposé à l’occasion de sa dernière exposition personnelle à Vriend Van Bavink (Amsterdam) cette année.

    ASTÉRIDES
    Victor Yudaev, Exposition "Rendez-vous" dans le cadre de la Biennale de Lyon, 2017.

    Victor Yudaev, Exposition “Rendez-vous” dans le cadre de la Biennale de Lyon, 2017.

    Victor Yudaev :

    Victor Yudaev est né en 1984 à Moscou (URSS). Diplômé de l’Académie royale des beaux-arts de La Haye et de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, il vit aujourd’hui en France. Son travail a récemment été présenté à l’IAC de Villeurbanne pour Rendez-vous 17 dans le cadre de la dernière Biennale de Lyon.

     

    Pauline Zenk, Hologram Man, 2016.

    Pauline Zenk, Hologram Man, 2016.

    Pauline Zenk :

    Pauline Zenk (née en 1984, vit et travaille à Toulouse) travaille à partir d’une base d’images trouvées, des recherches provenant d’archives personnelles et collectives. Elle travaille dans la forme de “image based research”, mode de recherche – visuelle, historique, sociologique, réelle  – qui a pour point de départ une image. Ce processus amène forcément à une répétition presque obsessive d’un ou plusieurs motifs. Cela donne lieu à une interprétation singulière de l’image trouvée comme base.
    Elle propose un regard empathique sur notre difficulté intime à exister, sur notre rapport complexe entre le singulier et le commun, le public et le privé, dans un monde saturé d’images où les corps s’offrent au public via les nouvelles technologies. Ses recherches abordent différent thèmes comme la mémoire collective, l’identité sociale et culturelle, et le corps comme subjectivité.
    Pauline Zenk a exposé au MRAC Occitanie (Sérignan), Lieu-commun (Toulouse), Produzentengalerie (Hambourg), Ventana Galerie (Sao Paulo). Elle a été accueillie en résidence aux Ateliers de Plessix-Madeuc (Bretagne), Taller 7 (Medellin, Colombie) et au Estudio Lamina (Sao Paulo). Elle est représentée par la galerie le Confort des Étranges à Toulouse et la Produzentengalerie à Hambourg.

     

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page
    Tags: , ,