MENU

  • Ina van Zyl
  • unspoken, unheard
  • Prolongation de l’exposition jusqu’au 30 novembre 2018

     

    Exposition inscrite dans la Saison du Dessin initié par PAREIDOLIE

    Paréidolie2018_logos

    et en collaboration avec la Galerie Bernard Jordan.

    http://www.inavanzyl.com

    “The things I paint are related visually, through their imagery, but they also share associations. They represent something that implies life, or the promise of life.

    The living and lifeless things that I paint are placed outside of any context; they are shown in isolation and in an objective way, that is to say as objects. The shapes are heavy, clear and recognisable, sometimes geometric. The entire surface of the canvas is saturated, full of paint. Any sense of action is absent, and yet every painting, to me, is an implosion of turbulence – desires and memories, sorrow and drunkenness. Each painted object retreats into itself; each thing has just enough legroom to exist. Only the essentials remain.”

    Ina van Zyl

     

    “Les choses que je peints sont visuellement proches de part leur style, mais elles entretiennent aussi d’autres liens. Elles représentent quelque chose qui évoque la vie, ou bien une promesse de vie.

    Les choses que je peints, qu’elles soient animées ou inanimées, sont représentées hors de tout contexte; elles sont montrées isolément et de façon objective, c’est-à-dire en tant qu’objets. Les formes sont lourdes, nettes et reconnaissables, parfois géométriques. La surface entière de la toile est saturée, gorgée de peinture.

    Tout sens de l’action est absent et pourtant chaque peinture est pour moi une implosion de turbulences – désirs et souvenirs, tristesse et ivresse. Chaque objet peint se replie sur lui-même, chaque chose possède juste assez d’espace pour exister. Seul l’essentiel subsiste.” 

    Ina van Zyl [traduction : Claire Astier]

     

    “Ina van Zyl prend une autre approche de la représentation de la nature et de la nature humaine. Ses dessins au fusain, aux surfaces riches et veloutées, montrent des gros plans sur des parties du corps, des portraits ou des fleurs, qui rappellent sa pratique de la bande dessinée au début de sa carrière. Enveloppés d’une charge émotionnelle intense, ces dessins captent des gestes ou des expressions qui nous semblent à la fois familiers et énigmatiques. En contemplant Claudette, ce grand portrait d’un noir onctueux, ou devant cette étude d’une main tenant une cigarette, nous ressentons la présence saisissante des fragments d’une histoire sans suite.”

    Diana Quinby

    Read more about the artist here: 

    http://www.inavanzyl.com/wp-content/uploads/2014/01/Ina-v-Zyl-QuinbyEng.pdf

    __________

    Toujours en exposition :

    Charlie Hamish Jeffery

    Things begin to say the same things, 2018

    Fil à linge, installation dans le jardin de a galerie

    En collaboration avec la Galerie Florence Loewy

    American Gallery - Charlie Hamish Jeffery - Things begin to say the same things - Crédit photo © Aurélien Meimaris (10) - copie 2

    American Gallery – Charlie Hamish Jeffery – Things begin to say the same things – Crédit photo © Aurélien Meimaris – détail

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page