MENU

  • André Ravéreau, leçons d’architecture
  • Adagp, Paris, 2019

    Une exposition hommage à l’occasion du centenaire d’André Ravéreau.

    André Ravéreau, c’est d’abord un regard. Un regard que le grand âge a aveuglé sans rien lui enlever de son acuité. André Ravéreau, ce sont d’innombrables dessins où un oeil se promène, attentif au moindre détail, tout autant qu’à l’horizon au-delà. André Ravéreau, c’est une capacité rare à voir à la fois au près et au loin, le singulier et l’intemporel, ce qui change et ce qui reste, et comment l’alliance des lois de la statique et de l’équilibre, universelles, se conjuguent avec la variable de la latitude pour orienter le geste architectural.

    Grand observateur de la Méditerranée où il vécut et travailla la plupart de sa vie, André Ravéreau a su lire et relire l’architecture traditionnelle comme nul autre ; il en a relevé les pertinences constructives, l’adaptation fine aux usages et aux climats, mais aussi l’équilibre «sans ornementation» et la troublante beauté dont témoignent les magnifiques photographies de sa compagne et collaboratrice, Manuelle Roche, l’oeil de l’oeil, celle qui sut si parfaitement fixer sur le négatif ces subtilités constructives savoureuses que voyait André Ravéreau.

    Ce regard particulier a généré une oeuvre importante ainsi qu’une école ou plutôt un atelier-école : l’Etablissement Régional Saharien d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement, plus communément nommé « l’atelier du M’Zab », lieu dans lequel l’apprentissage se faisait par l’expérience physique et sensible du site et la transmission continue d’un enseignement hors cadre, essentiellement oral, visant à exercer le regard pour mieux extraire le sens de la forme.

    Nourrie du fonds d’archives accumulé par André Ravéreau et Manuelle Roche, puis développée sous l’égide de l’association ALADAR (Association Les Amis d’André Ravéreau), l’exposition s’appuie sur une mine de supports de toutes natures: dessins, photographies, enregistrements audio et vidéo dont de nombreuses démonstrations filmées par les stagiaires. Ils permettent de présenter, pour la première fois, de multiples travaux et thématiques inédits, sur lesquels réfléchissait André Ravéreau jusqu’à ses derniers jours.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page