MENU

  • Vincent Bonnet
  • ÀQUIVEUT
  • ÀQUIVEUT
    Vincent Bonnet

    Exposition de pièces | Cession d’œuvres

    • Du 28 février au 31 mars 2019
    • Vernissage le jeudi 28 février 2019 à 18h
    • Visites publiques  : jeudi, vendredi et samedi de 15 à 18h et sur rdv

    SALON DU SALON – Project space,   21 avenue du Prado, 13006 Marseille
     edition@salondusalon.com  | +33(0)6 50 00 34 51 
    [Métro lignes 1 & 2, Tram ligne 3, arrêt Castellane – Vélo de ville : station place Castellane]

     

    ÀQUIVEUT

    Argent liquide — Équation — E.R. — Mémo — Au Degré 3 — Carrément — ACTU. — RiefenLove — Espace Vert — Georges Hussein — Monospecimen —    «  Ce sont toujours les autres   »   —Résolution — Vu le candidat — Blanc Rouge Bleu — Perdue — Propriétés — Feuille sur Feuille — Les Bleus — Déstockage — L’œil noir

    Cette exposition présente une vingtaine d’œuvres sur papier, couvrant de manière discontinue plus de vingt années d’activité. Elle débute  avec une pièce emblématique publiée en 1997 dans la revue Café Verre et se conclut provisoirement avec    «  Ce sont toujours les autres   »,  véritable journal sorti fin 2018 en 5000 exemplaires (édition spéciale de la revue fondcommun).

    Ni bilan, ni compte de résultat, l’exposition  ÀQUIVEUT  tente de concrétiser, pièce après pièce, ce que pourrait être le degré un de “l’image” — que ce soit dans ses conditions plastiques, figuratives, linguistiques, économiques ou autres etc.

    Cette  exposition monographique  est la 19ème édition du projet Salon du Salon à Marseille.

     

    AU DEGRÉ UN

    Une rencontre dans le cadre de l’exposition  le samedi 23 mars 2019 à 17h
    Conversation entre Vincent Bonnet et Nicolas Feodoroff suivie d’une lecture d’Esther Salmona

     

    À PROPOS DE VINCENT BONNET :

    Photographe, éditeur, artiste, «  iconoclaste  », Vincent Bonnet s’intéresse à l’image, à ses conditions d’apparition, à ses territoires d’action, à ses usages vernaculaires et à ses enjeux de production. Conscient de la portée politique et esthétique de l’occupation de « l’espace public » par des reproductions de toutes les espèces, il interroge les mécanismes de cette présence ubique et invasive.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page