MENU

  • Patrimonialisation du graff et du hip-hop : enjeux et questionnements
  • Graff et hip-hop sont étroitement liés depuis leur naissance dans le Bronx au cours des années 1970. Maîtres de cérémonie, danseurs, DJ, rappeurs et graffeurs s’emparent alors des murs et des rues de la ville. En moins de dix ans, cette culture vivante se diffuse dans l’ensemble des États-Unis et s’implante de l’autre côté de l’Atlantique. Le graff affirme peu à peu son ancrage dans le marché de l’art tandis que le hip-hop entre dans son âge d’or.

    Quelque quarante ans après leur émergence, ces cultures urbaines occupent désormais une place indéniable dans l’institution muséale. Une « patrimonialisation » que cette journée d’étude se propose de questionner en réunissant quelques acteurs ayant joué un rôle dans la naissance, la reconnaissance et la diffusion des mouvements graff et hip-hop.

    Organisé par Sabrina Dubbeld, chargée de recherche postdoctorale au Mucem.

    Partenaires : Laboratoire LESAAix-Marseille UniversitéFondation A*MIDEXUniversité Paris Nanterre

    Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

    Vendredi 3 mai 2019 de 9h à 18h à l’I2MP – Fort Saint-Jean.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Email to someonePrint this page